Méditation du jour
S. François-Xavier,

confesseur - 3 décembre

La Messe, c’est Jésus qui prie ”

Oh ! quel besoin de réparation

l’humanité entière doit éprouver

quand elle se rend compte

de tant d’offenses faites à Dieu !…

Chaque jour

Jésus-Christ vient sur l’autel,

Il offre Son Sang pour nous

et lave les souillures de la terre…

La Messe,

c’est Jésus qui prie.

Là encore éclate notre incapacité.

Nous sommes incapables d’adorer,

incapables de remercier,

incapables de réparer,

et aussi incapables de prier.

Qu’elles sont rares les prières ferventes !

Jésus est là qui prie pour nous.

Il crie vers Son Père :

« Pater ! ayez pitié de Ma souffrance !

« Ne Vous vengez pas sur ceux qui sont Mes enfants. »

Voilà ce qu’est la Messe

pour qui sait la comprendre.

Aussi quelle transformation

dans le monde

depuis l’offrande du Saint Sacrifice !

Le Dieu sévère est devenu

le Dieu d’amour.

Au commencement c’est Jéhovah,

terrible dans Sa justice ;

maintenant,

quand ce Dieu irrité regarde sur la terre,

Ses yeux divins tombent sur Jésus-Christ

commençant Son Sacrifice

sur chacun de nos autels,

et Il pardonne

à l’humanité.

Voilà ce qu’est la Messe :

la Passion continuée sur la terre.


(R.P. Roux, de l’Oratoire)


Vendredi 3 juillet 2020
S. Irénée,

évêque et Martyr
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez accordé au bienheureux Irénée, Votre Martyr et Pontife, de réprimer les hérésies par la vérité de sa doctrine et d’affermir la paix de l’Église, nous Vous en supplions, donnez à Votre peuple la constance en la sainte religion, et à nos temps Votre paix. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Vers la fin du IIe siècle, alors que les sectes gnostiques cherchaient à saper par sa base la religion chrétienne, Dieu suscita saint Irénée pour leur résister en face. « Il lui accorda la grâce de détruire les hérésies par la vérité de la doctrine ».


Succédant à saint Pothin sur le siège de Lyon en 177, saint Irénée « prêcha à temps et à contre-temps », comme le veut saint Paul, et se fit le défenseur du Christ et de Son Épouse.

L’Église, déclare-t-il, disséminée à travers le monde, jusqu’aux extrémités de la terre, professe la Foi qu’elle a reçue des Apôtres qui l’ont reçue eux-mêmes du Fils de Dieu.

Et cette Église a son centre à Rome « avec qui toute l’Église doit s’accorder à cause de sa principauté supérieure, car, par la succession des Pontifes romains la tradition apostolique de l’Église est parvenue jusqu’à nous ».


Ardent apologiste, saint Irénée fut aussi un profond théologien. On l’a appelé le père de la théologie catholique et l’anneau d’or qui relie l’esprit de l’Évangile à la doctrine des Pères.


L’oreille encore remplie des derniers échos de l’enseignement apostolique, il fut le premier à faire la synthèse raisonnée de notre Foi. Son traité : La fausse science démasquée et réfutée aussi appelé Contre les hérésies, porta un coup mortel à l’hérésie gnostique.


Saint Jérôme lui donne le titre glorieux de Martyr. Il mourut, croit-on, pendant la persécution de Septime-Sévère en 202. Benoît XV étendit sa fête à l’Église universelle.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Imitons autant qu’il est possible les Saints et et leurs vertus.

« Irénée, successeur du Martyr saint Pothin, donné pour Évêque à la ville de Lyon par le bienheureux Polycarpe, m’apparaît avec une brillante auréole de vertus ». (S. Grégoire de Tours)


Méditation du jour
Certitude  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|