Méditation du jour
- 29 novembre
Soyons fidèles à la grâce ”

Des âmes n’arrivent pas à la sainteté

parce qu’un jour,

à une minute donnée,

elles n’ont pas su correspondre pleinement à une avance divine.

Notre avenir dépend parfois de deux ou trois « oui »

et de deux ou trois « non »

qu’il fallait dire,

qu’on n’a pas dits

et auxquels des générosités

ou des défaillances

sans nombre

étaient suspendues.

À quelles hauteurs nous parviendrions

si nous prenions la résolution de marcher toujours du même pas

que la magnificence divine.

Notre lâcheté préfère

des enjambées de nains.

Qui sait à quelle médiocrité nous nous vouons,

à pire peut-être,

pour n’avoir pas répondu attentivement

aux appels d’en Haut.

Pas de fausses craintes ;

mais pas de fausse présomption.

Il ne faut pas jouer avec la grâce de Dieu.

Elle passe,

et s’il est vrai qu’elle revient souvent,

elle ne revient pas toujours.

Si elle revient,

et supposons-le,

aussi puissante que la première fois,

elle trouve un cœur affaibli déjà par une lâcheté,

donc moins outillé pour correspondre.

Et puis, Dieu ne se trouve-t-Il pas moins engagé à nous donner une autre grâce ?

Pour avoir le sort de la précédente,

à quoi bon !

Témoin inquiétant au tribunal de Dieu

que cette grâce inemployée,

que cette inspiration méprisée,

cet inqualifiable laissé-pour-compte.


(R.P. Plus, s.j.)


Dimanche 28 février 2021
2e dimanche de Carême
1re classe
Temps du Carême


Le massacre des Lucs-sur-Boulogne

(La Terreur et les Colonnes infernales)

28 février 1794

Voir plus bas : Méditation du jour


voir Le Martyrologe #90-4



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui voyez que nous n’avons de nous-mêmes aucune force, gardez-nous au dedans comme au dehors, afin que notre corps soit préservé de toute adversité, et notre âme purifiée de toute pensée mauvaise. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
POUR LE MASSACRE DES LUCS-SUR-BOULOGNE :


DEUX PAROISSES : 2150 ÂMES avec 563 FIDÈLES MASSACRÉS

dont 110 ENFANTS de moins de sept ans.

En 1793, les Vendéens s’insurgeaient contre le gouvernement révolutionnaire, persécuteur des prêtres et de la religion.

Pendant près d’un an, ils tinrent tête aux Armées de la Convention qui, pour en finir, organisa les Colonnes Infernales avec mission de mettre la Vendée à feu et à sang.

Le Massacre des Lucs —à la date du 28 février 1794— est l’un des épisodes les plus tragiques de cette histoire.


Pour plus de détails : Cliquer ci-dessous (Méditation du jour) ou ci-dessus sur le titre (Le massacre des Lucs-sur-Boulogne).

 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Soyez ferme ; mais doux, et gardez la sévérité surtout pour vous-même.

Méditation du jour
Le massacre des Lucs-sur-Boulogne
28 février 1794
 suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|