Méditation du jour
- 13 septembre
« Pater noster qui es in Cœlis » ”

« Notre Père qui êtes au Cieux ! »

Ô la douce parole !

Ô le magnifique témoignage de notre faiblesse :

en trois mots

vous avez rappelé

Dieu,

vos frères,

le Paradis :

Pater — noster — qui es in Cælis

Oui, c’est là notre invincible espoir :

un jour nous verrons Dieu,

ensemble,

dans la patrie éternelle !

Mais Dieu est si loin de nous,

m’entendra-t-Il

à travers les espaces incommensurables ?

Suis-je digne

d’attirer Ses regards ?

Hommes de peu de Foi,

écoutez :

« Pauvres exilés ! »

Dieu est le compagnon de vos tristesses.

Il ne réside pas seulement avec les Séraphins

dans les splendeurs du Ciel.

Voilé,

silencieux,

captif,

Il vous attend,

à quelques pas d’ici,

dans les ombres mystérieuses du tabernacle.

C’est là que l’amour L’attarde ;

c’est là qu’Il tient Son quartier général

au milieu des Anges du sanctuaire

et des âmes contemplatives.

C’est là, suivant le mot charmant du curé d’Ars,

qu’habite « votre adorable Voisin ».

Vous aviez besoin d’amour :

l’Amour au tabernacle

comble votre désir.

Jésus vous l’a promis,

la mort ne Le séparera point de vous.


(L. Rimbault, missionnaire apostolique)


Samedi 25 septembre 2021
des Quatre-Temps de septembre
2e classe
Temps après la Pentecôte

S. Firmin,

premier évêque d’Amiens et martyr


S. Nicolas de Flüe,

Patron céleste de la Suisse


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui guérissez les corps et les âmes par le remède salutaire de l’abstinence, nous supplions humblement Votre majesté, afin qu’apaisé par la prière pieuse de ceux qui jeûnent, Vous nous donniez des secours pour le présent et pour l’avenir. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. ,
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Le père et la mère de saint Firmin, qui étaient des plus riches et des plus considérables de la ville de Pampelune, en Espagne, à la fin du Ier siècle, furent convertis à la Foi par saint Honestus, prêtre de Toulouse, et disciple de saint Saturnin.


Convaincus que de la première éducation dépend ordinairement le reste de la vie, ils mirent leur fils entre les mains de ce saint ecclésiastique, aussi distingué par sa science que par ses vertus, afin qu’il le formât de bonne heure à la piété.


Saint Honorat, successeur de saint Saturnin à Toulouse, sacre saint Firmin évêque pour évangéliser les païens.

L’évêque missionnaire parcourut les Gaules, puis fixa son siège à Amiens.

Ses succès lui obtiennent d’avoir la tête tranchée. C’était dans les premières années du IIe siècle.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Remerciez Dieu du don de la Foi, qu’Il vous a accordé de préférence à tant d’autres.

Méditation du jour
De l’amour fraternel  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|