Méditation du jour
- 12 mars
La source de tous nos maux ”

D’où vient

cette grande

et générale

corruption des mœurs,

qui remplit toute la terre

d’une effroyable désolation,

sinon du peu de communication

que nous avons avec Notre-Seigneur,

et du peu de réflexion

que nous faisons sur Ses maximes,

sur Sa doctrine

et sur les exemples de Sa vie ?

Si nous étions soigneux de nous approcher de Sa personne

et de traiter avec Lui,

dans l’oraison,

des maladies de notre âme

et des affaires de notre salut,

nous trouverions dans les mystères de Sa vie

et de Sa mort,

la grâce pour pouvoir,

la lumière pour savoir

et le courage pour vouloir

efficacement remédier aux déréglements de nos mœurs ;

et ainsi, nous bannirions entièrement l’impuissance,

l’ignorance

et la négligence du salut,

qui sont les trois principales sources de tous nos maux.

Mais n’ayant que peu

ou point de commerce avec Lui,

et ne pensant à rien moins qu’à méditer Ses grandeurs

et Ses bontés envers nous,

quelle merveille si,

oubliant ce qui devrait être notre principal emploi

et notre occupation continuelle,

nous languissons dans nos ténèbres,

dans nos faiblesses

et dans nos misères,

étant si éloignés

de Celui en qui seul nous pouvons trouver notre force,

notre lumière,

notre vigueur

et le remède universel de tous nos malheurs !


(R.P. Jacques Nouet, s.j.)


Lundi 22 juillet 2019
9e dimanche après la Pentecôte
2e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Seigneur, que les oreilles de Votre miséricorde soient ouvertes aux prières de ceux qui l’implorent ; et afin que Vous leur accordiez ce qu’ils désirent de Vous, faites qu’ils ne Vous demandent que ce qui Vous est agréable. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
En donnant l’Esprit-Saint à Ses Apôtres, Jésus leur avait dit de remettre comme Il l’avait fait Lui-même les péchés, et la liturgie rappelle aujourd’hui un exemple à jamais célèbre de la miséricorde du Sauveur envers ceux qui se repentent.


Marie, sœur de Marthe et de Lazare, était de Magdala, en Galilée, d’où son nom de Madeleine. C’était une pécheresse. Touchée par la grâce, elle vint se jeter aux pieds du Sauveur. Simon le Pharisien, scandalisé, l’eût rejetée comme ces hommes superbes, désignés par le Prophète Isaïe « qui disent : Retire-toi de moi, ne m’approche pas, car je suis pur ». Jésus, au contraire, « la défend contre les calomnies des orgueilleux ». Admirant l’action divine dans cette âme « désormais attentive à Ses commandements, alors que les pécheurs voudraient encore la faire tomber dans le mal », « Il accueille avec miséricorde l’offrande de ses services », et lui assure à tout jamais une place d’honneur dans Sa cour royale.


Le repentir a transformé son amour. « Parce qu’elle a beaucoup aimé, ses nombreux péchés lui sont remis ». Aussi, à sa prière, Jésus ressuscite-t-Il saint Lazare. Et quand, après le crucifiement de Jésus, auquel elle assiste avec la mort dans l’âme, elle cherche, comme l’épouse des Cantiques, où l’on a mis son époux divin, le Christ l’appelle par son nom et la charge d’annoncer aux disciples Sa Résurrection.


À l’exemple de sainte Madeleine qui, au dire des Pères personnifie l’action de l’Église envers Jésus, venons en esprit d’amour et de repentir répandre autour de Jésus, présent à la Table sainte le trésor de nos louanges ; entourons-Le sur l’autel, dans un esprit de Foi qui ne craint pas le scandale pharisaïque, de tout le luxe qui convient à la Maison de Dieu.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Appliquez-vous à aimer Dieu de plus en plus ; à qui aime, rien d’impossible.


Méditation du jour
Un secret travail préparatoire précède toute conversion  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|