Méditation du jour
- 5 octobre
Que chacun ait confiance en l’ « Ave Maria » ”

Soyons heureux et fiers de pouvoir redire l’Ave Maria

après l’Ange,

après les Apôtres,

après les Martyrs

et tous les siècles chrétiens.

Qu’il soit doux à nos lèvres,

plus doux encore à notre cœur,

cet Ave Maria qui nous arrive tout parfumé,

comme un cantique du Ciel,

répété par autant d’échos qu’il a passé dans de saintes âmes sur la terre.

Saluer une reine est ici-bas une faveur rare et enviée :

eh bien ! chaque jour,

à toute heure,

le pauvre vieillard,

l’humble femme,

le petit enfant,

peuvent venir saluer la Reine du Ciel et de la terre,

celle qui porte tous les trésors de Dieu dans ses mains,

sûrs d’être toujours bien accueillis,

sûrs qu’à chacun de leurs hommages elle répondra par un bienfait.

Mais le coupable osera-t-il venir ?

Oh ! oui, qu’il vienne lui aussi,

qu’il la salue avec une humble confiance.

Sa voix ne l’offensera pas,

et s’il y met l’accent de la douleur,

si son Ave Maria est un cri de repentir,

sa prière sera toute-puissante,

elle ne redescendra pas sans apporter miséricorde

et pardon.


(R.P. Huguet)


Mercredi 18 octobre 2017
S. Luc,

évangéliste
2e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre saint Évangéliste Luc intercède pour nous, lui qui n’a jamais cessé de porter dans son corps la mortification de la croix, pour la gloire de Votre Nom.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Luc, peut-être juif d’origine, naquit, dit saint Eusèbe, à Antioche la capitale des rois de Syrie. Saint Paul nous dit qu’il y exerçait les fonctions de médecin.

Compagnon de voyage de l’Apôtre des Nations, il fut aux côtés de saint Paul durant la plupart de ses missions et pendant sa double captivité à Rome.


Grâce à ses relations avec ce maître et avec les autres Apôtres, il put écrire le troisième Évangile que saint Jérôme et saint Jean Chrysostôme désignent sous le nom d’ « Évangile de saint Paul ». Comme le Docteur des Gentils, il s’adresse aux païens pour leur prouver que le salut est apporté par Jésus à tous les hommes sans exception qui croient en Lui.


On le désigne sous le symbole du bœuf, l’un des quatre animaux de la vision d’Ézéchiel, parce qu’il commence son Évangile en parlant du sacerdoce de Zacharie, prêtre et sacrificateur, et que le bœuf était la victime la plus ordinaire des sacrifices de l’ancienne loi.


La Messe de saint Luc présente, de même que celle de saint Marc, cette particularité qu’on y lit l’Évangile renfermant les instructions du Sauveur à Ses soixante-douze disciples, parce que ces deux Évangélistes ne furent pas Apôtres, mais seulement des Disciples de Notre-Seigneur.


Saint Jérôme rapporte que saint Luc mourut en Achaïe, âgé de quatre-vingt-quatre ans.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ayez un vrai respect et une vraie dévotion pour les images de la sainte Vierge.

Méditation du jour
L’Évangile, inspirateur de tous les dévouements  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|