Méditation du jour
S. Jacques le Majeur,

apôtre - 25 juillet

Tout Chrétien doit lire l’Évangile ”

L’Évangile

est le meilleur

de tous les livres,

le livre divin.

Le livre qui a produit l’Église,

les Martyrs,

les Confesseurs,

les Vierges

et, avec eux et par eux,

l’humanité chrétienne

et civilisée.

C’est le livre dont nul ne saurait se passer,

sous peine de ne rien comprendre

à aucune des choses

qui intéressent l’humanité,

et sous peine de déchoir peu à peu

du niveau moral

où il nous a placés.

Malheureusement,

on ne lit pas l’Évangile.

On en a entendu lire des passages,

des bribes,

on en a retenu quelques histoires,

quelques mots.

On ne l’a pas lu ;

on l’a moins encore médité.

L’âme,

le cœur

nous en échappent totalement

ou à peu près.

Regrettable

et désastreuse

ignorance !

Moi,

Chrétien,

je dois lire l’Évangile,

précisément parce que je suis Chrétien,

parce qu’il raconte

la vie

et les enseignements

de Jésus,

mon Maître,

parce qu’il me Le fait goûter,

Lui,

et que goûter Jésus

c’est le Ciel.


(R.P. Charton, c.ss.r.)


Vendredi 6 décembre 2019
S. Nicolas,

évêque et confesseur
3e classe

Temps de l’Avent

Mémoire de l’Avent

Ste Denise

et son époux S. Émilien,

martyrs


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez rendu illustre par d’innombrables miracles, le bienheureux Pontife Nicolas ; accordez-nous, s’il Vous plaît, par ses mérites et ses prières d’être préservés des feux de l’enfer. Par Notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi-soit-il.


Mémoire de la férie de l’Avent :


Faites paraître, Seigneur, Votre puissance et venez ; afin que nous méritions d’être arrachés, par Votre secours, aux imminents périls où nos péchés nous engagent, et d’en être sauvés par Votre vertu libératrice ; Vous qui étant Dieu vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Nicolas, surnommé le Grand, naquit en Asie Mineure. Dieu le glorifia par des miracles sans nombre, et l’Église, envisageant la puissance qu’il avait sur les flammes, nous fait demander d’être préservés, par son intercession, du feu de l’enfer.


Nommé archevêque de Myre, sa sollicitude pastorale s’étendit à toutes les nécessités de son troupeau. Il prit part au concile de Nicée où fut condamné l’Arianisme.

Mettant en valeur les talents dont nous parle l’Évangile, il pratiquait tout à la fois les œuvres de miséricorde spirituelle et temporelle, témoin ces aumônes jetées discrètement par une fenêtre pour sauver l’honneur de trois jeunes filles, et rappelées, de nos jours encore, par la fête enfantine où l’on attribue à la générosité de saint Nicolas les cadeaux trouvés sous la cheminée.


Il mourut en 324. Ses reliques sont conservées à Bari (Italie).


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Comprenez l’importance d’une éducation chrétienne, et procurez-la aux enfants, quand vous le pouvez. Aidons le prochain dans ses nécessités d’âme et de corps.

Priez pour les écoles catholiques, s’il en existe encore de vraies, et pour leurs maîtres.


Méditation du jour
Le respect de l’autorité (légitime) suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|