Méditation du jour
- 26 août
Faire du bien ”

Faire du bien

est le plus bel emploi de la vie,

parce que rien n’est plus beau

que d’être utile,

et qu’être utile à une âme

c’est servir à la beauté supérieure

d’une réalité immortelle.

Une âme

est plus qu’un univers.

Elle est plus qu’une statue,

qu’un monument de pierre,

qu’une œuvre littéraire.

Elle est, au-dessous de Dieu,

ce qu’il y a de plus grand.

Lui faire du bien,

c’est la faire elle-même.

À cause de cela,

l’apostolat

est le « métier suprême »

et la façon la plus sublime

d’être le collaborateur de Dieu.

La vie qui se passe

officiellement

et obscurément

à cette tâche

est vraiment la vie.

Faire du bien

est la plus pure noblesse d’un être,

parce que c’est le signe

qu’on voit grand

et profond.

C’est la preuve

qu’on a compris

la valeur respective des choses

et qu’on juge

comme Dieu.

C’est la garantie

qu’on aime pour de bon ;

qu’on ne reste

ni enfermé en soi,

ni muré dans son orgueil

et dans son bonheur.

C’est l’aveu,

inconscient mais indiscutable,

qu’on a en soi l’âme de Jésus-Christ,

et, pour un être humain,

quelle noblesse peut se comparer

à cette noblesse :

penser,

aimer,

agir

comme Jésus-Christ !


(R.P. Bellouard, o.p.)


Mardi 17 octobre 2017
Ste Marguerite-Marie Alacoque,

vierge
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Seigneur Jésus-Christ, qui avez d’une manière admirable révélé à la bienheureuse Vierge Marguerite-Marie les insondables richesses de Votre Cœur, faites que par ses mérites et son imitation, nous méritions, Vous aimant en tout et par-dessus toute chose, d’avoir une demeure permanente dans ce divin Cœur. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Sainte Marguerite-Marie Alacoque naquit à Vérosvres (diocèse d’Autun) en 1647. Très jeune, elle se consacra à Jésus-Christ par le vœu de virginité perpétuelle. À vingt-trois ans, elle entra chez les Visitandines de Paray-le-Monial.


Le Sacré-Cœur Se révéla à elle dans trois grandes révélations, sans que la communauté s’en doutât. Sainte Marguerite-Marie employa ses dernières années à répandre cette admirable dévotion au divin Cœur et mourut le 17 octobre 1690, à l’âge de quarante-trois ans.

Son corps virginal fut enseveli sous une dalle du chœur près de cette grille où elle était à genoux quand le divin Maître lui apparut.


Pie IX la béatifia en 1864 et Benoît XV l’a canonisée en la fête de l’Ascension, le 13 mai 1920 et Pie XI a étendu son Office à l’Église universelle le 26 juin 1929.

Pour rester dans l’esprit liturgique — qui est l’esprit de l’Église — et consacrer, comme elle nous y engage par des indulgences, le premier Vendredi du mois au Sacré-Cœur, adaptons cette dévotion au Cycle. Ce sera lui donner une grande variété, tant dans son objet matériel (le Cœur de Jésus naissant à Noël, mourant le Vendredi-Saint, ressuscitant à Pâques), que dans son objet formel (l’amour de Jésus dans Ses mystères joyeux, douloureux et glorieux).


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Efforcez-vous d’acquérir une profonde dévotion au Sacré-Cœur de Jésus.


Méditation du jour
Le Sacré-Cœur et Sa fervente disciple  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|