Méditation du jour
S. Pie X,

pape et confesseur - 3 septembre

Le dogme de la Providence fait partie de notre Foi ”

Nous devons croire à la Providence.

C’est un dogme de Foi que Dieu conduit

et dirige

le monde entier

et les hommes

de telle manière que rien n’arrive,

ni ne peut arriver

sans Son concours ou Sa permission.

Le concile du Vatican (le premier) a défini :

« Tout ce que Dieu a créé,

Il le conserve

et le gouverne par Sa Providence. »

Les anciens et les modernes représentants de l’incroyance

parlent du jeu des forces de la nature

ou du hasard.

Ils sont réfutés victorieusement par la Sainte Écriture.

Est-ce un hasard que le sauvetage de Noé,

au moment du déluge ?

Est-ce par hasard que Joseph a été vendu par ses frères

et qu’il en est devenu le sauveur en Égypte ?

Est-ce par hasard que le petit Moïse a échappé à la mort

et est devenu le chef de son peuple ?

Est-ce par hasard que Job, après ses malheurs,

retrouva la joie ?

Faut-il attribuer au hasard les destinées particulières du peuple juif d’où est sorti le Sauveur ?

Non :

« Rien n’arrive par hasard,

tout vient de Dieu. »

C’est avec raison qu’affirme le grand docteur de l’Église, saint Augustin :

« Il n’y a pas de créature qui ne soit l’objet de la Providence divine. »


(R.P. Athanase Bierbaum, o.f.m.)


Mardi 20 novembre 2018
S. Félix de Valois,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte


S. Bénigne,

prêtre et martyr


À Reims : S. Albert de Louvain,

évêque de Liège


S. Colomban,

évêque et confesseur


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui par une inspiration céleste, avez daigné appeler Votre bienheureux Confesseur Félix, de la solitude du désert à l’œuvre du rachat des captifs ; faites, s’il Vous plaît, que son intercession nous obtienne de Vous la grâce d’être délivrés de l’esclavage de nos péchés, et de parvenir à la Patrie céleste. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Félix de Valois, suscité par Dieu, institua avec le Bas-alpin saint Jean de Matha l’Ordre des Trinitaires pour le rachat des captifs.


Saint Félix appartenait à la famille royale de France ; il se distingua dès sa plus tendre enfance par sa compassion envers les malheureux. Voulant se dégager de toute prétention au trône, il quitta tout ce qu’il possédait et se retira dans un désert, près de Meaux, où vint le rejoindre saint Jean de Matha.


À la suite d’une vision, ils quittèrent leur solitude et se rendirent à Rome. Innocent III approuva l’Institut qu’ils fondèrent pour la Rédemption des captifs.

Ils étaient prêts à souffrir la faim et la soif et toutes sortes de mauvais traitements pour délivrer leurs frères. De retour en France, ils se présentèrent à Philippe-Auguste qui les favorisa de ses libéralités.

Le Seigneur de Chatillon leur donna un lieu appelé Cerfroi, où ils fondèrent le monastère qui fut le chef-lieu de leur Ordre. Saint Félix rendit son âme à Dieu l’an 1212.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Méditez cette parole de saint Félix mourant : « Heureux le jour où j’ai quitté la cour pour le désert ! »

Méditation du jour
Excellente préparation à la mort  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|