Méditation du jour
S. Nicolas de Tolentino,

confesseur - 10 septembre

Leçon de confiance et d’espérance ”

Le sort de la veuve de Naïm nous rappelle que Dieu n’éprouve pas indéfiniment,

qu’Il fait succéder la joie aux peines,

la consolation aux tribulations,

la confiance à la crainte.

Sainte Monique pleura dix-sept ans sur Augustin,

mais à la fin,

elle fut exaucée

et consolée,

et au delà de ses espérances.

Il faut savoir attendre l’heure de Dieu.

Le jeune homme ressuscité nous instruit aussi.

Sa mort prématurée nous rappelle

la fragilité

et l’instabilité de notre vie.

On meurt à tout âge,

et la jeunesse ne nous met pas à l’abri des coups de la mort.

Sa résurrection nous fait penser à la nôtre,

et nous remplit d’espérance

et de courage

dans les luttes que nous avons à soutenir

pour demeurer fidèles au devoir.

Nous nous sentons plus forts pour accomplir notre tâche quotidienne,

quand nous pensons à la récompense qui est au bout,

et nous disons avec saint Ignace :

« Le travail n’a pas le droit de nous faire peur,

quand on pense à la beauté

et à la grandeur

de la récompense qu’il nous prépare. »


(Abbé Catesson, p.s.s.)


Samedi 25 septembre 2021
des Quatre-Temps de septembre
2e classe
Temps après la Pentecôte

S. Firmin,

premier évêque d’Amiens et martyr


S. Nicolas de Flüe,

Patron céleste de la Suisse


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui guérissez les corps et les âmes par le remède salutaire de l’abstinence, nous supplions humblement Votre majesté, afin qu’apaisé par la prière pieuse de ceux qui jeûnent, Vous nous donniez des secours pour le présent et pour l’avenir. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. ,
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Le père et la mère de saint Firmin, qui étaient des plus riches et des plus considérables de la ville de Pampelune, en Espagne, à la fin du Ier siècle, furent convertis à la Foi par saint Honestus, prêtre de Toulouse, et disciple de saint Saturnin.


Convaincus que de la première éducation dépend ordinairement le reste de la vie, ils mirent leur fils entre les mains de ce saint ecclésiastique, aussi distingué par sa science que par ses vertus, afin qu’il le formât de bonne heure à la piété.


Saint Honorat, successeur de saint Saturnin à Toulouse, sacre saint Firmin évêque pour évangéliser les païens.

L’évêque missionnaire parcourut les Gaules, puis fixa son siège à Amiens.

Ses succès lui obtiennent d’avoir la tête tranchée. C’était dans les premières années du IIe siècle.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Remerciez Dieu du don de la Foi, qu’Il vous a accordé de préférence à tant d’autres.

Méditation du jour
De l’amour fraternel  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|