Méditation du jour
Ste Scholastique,

vierge - 10 février

La croix nous instruit

plus que tous les livres ”

Tous les livres les plus admirables

mis ensemble

nous instruisent moins que la croix.

Il vaut mieux être crucifié avec Jésus-Christ

que lire Ses souffrances :

l’un n’est souvent qu’une belle spéculation,

ou tout au plus qu’une occupation affectueuse ;

l’autre, c’est la pratique réelle,

et le fruit solide

de toutes nos lectures

et de nos oraisons.

C’est une excellente oraison

que d’être uni à Jésus

sur la croix.

On ne souffre point en paix pour l’amour de Dieu,

sans faire une oraison très pure

et très réelle.

C’est pour cette raison qu’il faut laisser les livres,

et les livres ne servent qu’à préparer

cette oraison de mort à soi-même.

Vous connaissez l’endroit où saint Augustin,

parlant du dernier moment de sa conversion,

dit qu’après avoir lu quelques paroles de l’Apôtre,

il quitte le livre et ne voulut point continuer de lire,

parce qu’il n’en avait plus besoin,

et qu’une lumière de paix

s’était répandue dans son cœur.


(Mgr Fénelon)


Mercredi 2 décembre 2020
Ste Bibiane,

vierge et martyre
3e classe

Temps de l’Avent



Oraison - collecte
Ô Dieu, dispensateur de tous les biens, qui avez uni en Votre servante Bibiane, la fleur de la virginité à la palme du martyre ; daignez, par son intercession, Vous unir nos âmes dans la Charité, afin que, délivrés de tout péril, nous puissions obtenir les récompenses éternelles. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi-soit-il.


Mémoire de la férie de l’Avent :


Faites paraître, Seigneur, Votre puissance et venez ; afin que nous méritions d’être arrachés, par Votre secours, aux imminents périls où nos péchés nous engagent, et d’en être sauvés par Votre vertu libératrice ; Vous qui étant Dieu vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Sainte Bibiane, née à Rome d’une famille noble et chrétienne, unit, dit l’Oraison, la fleur de la virginité à la palme du martyre.

Vierge sage et prudente, elle craignit moins la confiscation de tous ses biens et les angoisses de la prison que la perte de ce trésor caché ou de cette perle de prix dont nous parle l’Évangile.


En butte aux caresses et aux adulations de sa geôlière Rufine qui chercha à la pervertir, elle invoqua le Seigneur qui la délivra de la perdition.

Rufine eut alors recours à la violence, mais sans plus de succès.

Ce que voyant, le gouverneur de Rome, plein de rage, ordonna qu’on attachât sainte Bibiane à une colonne et la fit battre jusqu’à la mort avec des lanières garnies de plomb (c’était en l’an 363).


La Basilique de Sainte-Marie-Majeure fut construite sur son tombeau.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
La terre n’est qu’une vallée de larmes ; soupirez après la patrie céleste, vous souvenant de la belle parole de saint Paul : « Un instant de légères souffrances nous acquiert un poids immense de gloire ».


Méditation du jour
Conseils à méditer  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|