Méditation du jour
- 26 septembre
L’homme n’est heureux qu’en Dieu ”

Nous rampons d’autant plus bas que nous sommes tombés de plus haut.

Grands au sortir des mains de Dieu,

nous sentons que pour nous relever de nos abaissements,

il nous faut remonter à Dieu,

source de notre primitive noblesse ;

hors de là,

il n’y a que contradiction et misère en nous ;

notre cœur est comme un labyrinthe sans lumière et sans issue,

et nous ressemblons à ces êtres informes qui étonnent et effrayent dans l’ordre de la nature.

L’homme étant fait pour Dieu

n’est heureux qu’en Dieu.

Si donc le bonheur était quelque part ici-bas,

il ne saurait être ailleurs que dans la Foi

et dans la vertu,

par lesquelles,

l’homme rentre en communication avec Dieu ;

car le bonheur est une plante du Ciel

qui ne peut s’acclimater sur la terre,

en dehors de l’atmosphère divine.

Les épreuves apprennent à se résigner à la Volonté suprême

et à bénir la Main qui les envoie ;

Jésus-Christ a appelé heureux ceux qui souffrent,

parce que les afflictions temporelles couvrent les biens éternels.

(H. Bretonneau)


Mercredi 18 septembre 2019
des Quatre-Temps de septembre
2e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Faites, nous Vous en supplions, Seigneur, que notre faiblesse ait pour se soutenir les remèdes de Votre miséricorde en sorte que si elle est entraînée vers la terre du fait de sa condition propre, elle soit relevée grâce à Votre clémence. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de S. Joseph de Cupertino, confesseur  :


Ô Dieu qui, après que Votre Fils unique eut été élevé de terre, avez voulu attirer tout à Lui, faites, dans Votre miséricorde, que, nous élevant au-dessus de tous les désirs terrestres, à l’exemple et par les mérites de Votre séraphique Confesseur Joseph, nous méritions d’arriver auprès de Celui qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Humble fils de saint François d’Assise, dont nous célébrions hier les Stigmates, saint Joseph glorifie aussi la Croix de Jésus que la liturgie exaltait il y a quelques jours (14 septembre).


Comme le séraphique patriarche, il s’appliqua en effet à rester attaché à la Croix par une pauvreté complète, une obéissance héroïque et une pureté virginale.

Grâce à son esprit de sacrifice et de prière, il acceptait avec une sainte patience et une grande sérénité d’âme les outrages, les reproches et toutes sortes d’injures.

Aussi Dieu, qui exalte les humbles, le fit passer du rang des Frères dans celui des Clercs, et l’éleva jusqu’au Sacerdoce.


Il opérait de tels miracles qu’il supplia le Ciel de lui retirer les dons remarquables dont il était comblé.

Il mourut saintement à Osimo, en 1663.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Les adversités, les tribulations de la vie sont les grâces les plus particulières et les plus désirables ; recevons-les comme telles, avec patience, avec constance et avec joie.

(Saint Joseph de Cupertino)


Méditation du jour
Saint Joseph de Cupertino  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|