Méditation du jour
S. Romain,

abbé de Condat - 29 février

Suivez, regardez Jésus-Christ ”

Êtes-vous dans les tribulations et dans la tristesse, suivez Jésus au jardin de Gethsémani ; considérez dans quel océan d’affliction Son âme doit être plongée, puisque, étant là non seulement le patient, mais la patience même, Il ne laisse pas de faire connaître Sa peine et de S’en plaindre.

Ou bien encore, considérez-Le attaché à la colonne, devenu l’homme de douleurs, toutes Ses chairs mises en lambeaux, endurant ce supplice par l’excès de l’amour qu’Il vous porte, persécuté des uns, couvert de crachats par les autres renoncé et abandonné par Ses amis, n’ayant personne qui prenne Sa défense, transi de froid, et réduit à une si grande solitude que vous pouvez seuls et sans témoins venir confondre vos peines avec les Siennes, et vous consoler l’un l’autre.

Ou bien enfin représentez-vous cet adorable Sauveur chargé de Sa croix et montant au Calvaire, sans que les bourreaux Lui donnent même le temps de respirer. Il tourne vers vous Ses yeux pleins de larmes ; mais dans ce regard quelle divine beauté et quelle tendre compassion !

Cet adorable Maître oubliera Ses douleurs pour consoler les vôtres, et cela uniquement parce que vous allez chercher la consolation auprès de Lui et que vous tournez la tête de Son côté pour Le regarder.


Sainte Thérèse de Jésus (d’Avila).


Jeudi 24 septembre 2020
de la Férie
4e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre grâce nous prévienne et nous accompagne toujours, et qu’elle nous donne d’être sans cesse appliqués aux bonnes œuvres. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de Notre-Dame de la Merci :


Ô Dieu, qui, par la très glorieuse Mère de Votre Fils, avez daigné enrichir Votre Église d’une nouvelle famille destinée à délivrer les fidèles du Christ de la puissance des païens, faites que, vénérant avec piété l’inspiratrice d’une si grande œuvre, nous soyons, grâce à ses mérites et à son intercession, délivrés de nos péchés et de la captivité du démon. Par le même Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
La Sainte Vierge apparut au XIIIe siècle à saint Pierre Nolasque, à saint Raymond de Pegnafort, et à Jacques, roi d’Aragon, pour leur suggérer de fonder un institut religieux dans le but de délivrer les Chrétiens du joug barbare des Sarrasins qui occupaient à cette époque une grande partie de l’Espagne.


En conséquence, le 10 du mois d’août, de l’an 1218, le roi Jacques décréta l’établissement de l’Ordre royal, militaire et religieux de Notre-Dame de la Merci et concéda à ses membres le privilège de porter sur la poitrine ses propres armes.


Le plus grand nombre d’entre eux étaient chevaliers et tandis que les clercs récitaient l’Office divin dans les commanderies, eux surveillaient les côtes et délivraient les prisonniers.

Cette œuvre se répandit sur toute la surface du globe et produisit des héros de sainteté et des hommes d’une charité et d’une piété incomparables qui se dévouaient à recueillir les aumônes des Chrétiens pour racheter leurs frères et à se donner souvent eux-mêmes comme rançon pour délivrer un grand nombre de captifs.


Célébrée d’abord par l’Ordre de Notre-Dame de la Merci, la fête de ce jour fut étendue à l’Église universelle, par Innocent XII au XVIIe siècle.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Priez la sainte Vierge pour le rachat de tant d’âmes captives du démon et du vice.

Méditation du jour
Ô Marie, votre amour pour nous n’a pas de bornes  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|