• Pour la Vigile de NOËL :
Les rares privilégiés qui se sont un peu préparés en déblayant la route selon les enseignements énergiques de saint Jean-Baptiste voient du fond de leur pauvre grotte arriver le Messie, leur Sauveur…
Les rares privilégiés qui se sont un peu préparés en déblayant la route
selon les enseignements énergiques de saint Jean-Baptiste
voient du fond de leur pauvre grotte arriver le Messie, leur Sauveur…

1133

La Vigile de Noël est imprégnée de sainte allégresse, et, n’étaient les ornements de pénitence et le jeûne (qui peut être anticipé la veille), l’on croirait cette fête déjà commencée. C’est qu’en effet, l’Église attend dans la joie l’avènement du Rédempteur qui vient, comme l’indique Son Nom, pour « sauver Son peuple de ses péchés ».

Tous ceux qui ont Foi en Jésus-Christ font partie de ce peuple. Isaïe annonce en effet « que toute chair verra le salut de notre Dieu » et saint Paul ajoute qu’il a été choisi pour être l’Apôtre de l’Évangile « auprès des Gentils afin de les amener au nom du Christ à l’obéissance de la Foi ».

La Messe d’aujourd’hui nous prépare à célébrer l’anniversaire de « l’adorable naissance du Fils unique de Dieu » que « l’épouse de Joseph, qui est fils de David, enfanta » et qui « né, comme homme, de la postérité de David, a prouvé d’une façon indéniable, par Sa Résurrection, qu’Il était Dieu ». Et, puisque cette Résurrection fut pour le Christ le prélude de Son règne glorieux et est pour nous le gage de notre propre glorification et de notre résurrection future à la fin des temps, la liturgie de ce jour nous prépare aussi à la seconde venue de Jésus. « Aujourd’hui, disent l’Introït et le Graduel, vous saurez que le Seigneur vient et Il vous sauvera et vous verrez demain éclater Sa gloire ». « Sanctifiez-vous aujourd’hui et soyez prêts, car demain vous verrez la majesté de Dieu au milieu de vous ».

« Ces deux jours, (aujourd’hui et demain), explique saint Bernard, désignent celui de la vie présente qui est court et ténébreux et celui de l’Éternité dans les splendeurs des Saints. Notre science doit être ici-bas de nous souvenir que le Seigneur viendra ; et c’est la venue du Fils de Dieu dans Son premier avènement qui nous donne cette lumière au sujet de Son second avènement. Elle produit la contrition, s’enflamme dans la correction, luit dans la sollicitude et nous renouvelle au dedans comme au dehors. Contemplons sur la terre les merveilles de la miséricorde du Seigneur en Son Incarnation, afin de pouvoir contempler au matin suprême celle de Sa Gloire ».

« Demain, dit l’Alleluia, sera effacée l’iniquité de la terre et le Sauveur du monde régnera sur nous ». « Le Dieu Tout-Puissant, Créateur de tout ce qui existe, ajoute le Psalmiste, est en effet le Roi de gloire qui après avoir arraché les hommes au pouvoir de Satan les fera entrer à Sa suite dans la Jérusalem céleste ». « Alors se manifestera la gloire du Seigneur ».

Préparons-nous donc « dans une sainte allégresse à célébrer l’avènement du Fils unique de Dieu qui vient comme Rédempteur à la Noël, afin que nous puissions Le contempler avec assurance lorsqu’Il viendra comme Juge à la fin du monde ».


Mardi 13 novembre 2018
S. Didace,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui, par une providence admirable, choisissez ce qu’il y a de plus faible dans le monde pour confondre ce qu’il y a de plus fort ; soyez propice à notre humilité, et accordez-nous, grâce aux pieuses prières de Votre bienheureux Confesseur Didace, d’être élevés dans les Cieux à la gloire éternelle. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né en Espagne, vers 1400, saint Didace quitta tout ce qu’il possédait et entra à Arrizafa, chez les frères Mineurs comme frère lai. Il s’y adonna surtout à la contemplation et reçut de Dieu des lumières si vives qu’il parlait des choses du Ciel d’une manière toute divine.


Dans les îles Canaries, son ardent désir du martyre fut en partie satisfait par toutes sortes de tribulations. Revenu à Rome l’année du jubilé, sous le pontificat de Nicolas V, il y soigna les malades au couvent de l’Ara Cœli, et remplit cette charge avec tant de charité que, malgré la disette qui désolait la ville, ceux qui étaient confiés à ses soins ne manquèrent jamais du nécessaire.


La Passion de Jésus était le sujet ordinaire de ses méditations et de ses prières. Sentant sa fin approcher et n’ayant sur lui qu’une vieille robe toute déchirée, les yeux fixés sur la croix, il prononça les paroles de l’hymne sacrée :

« Bois et clous pleins de douceur, vous portez le plus doux des fardeaux ; quelle gloire est la vôtre puisque vous avez été jugés dignes de porter le Roi des Cieux ».


Et il rendit pieusement son âme à Dieu. C’était à Alcala de Henarez, en 1463.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Visitez les malades ; montrez-leur beaucoup de douceur, de bienveillance et de dévouement.

Méditation du jour
Notre vie et l’Éternité  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|