La Salette aujourd’hui
Ce qu’est devenue l’Apparition aux mains

des modernistes et des intégroïdes

L’équilibre catholique est certes délicat à obtenir et pas très facile à maintenir. Il y faut la pratique des vertus dont on sait qu’elles se situent —pour les vertus morales— dans un juste milieu (in medio stat virtus). Travail de chaque instant.

La Révolution, à la suite de la Renaissance puis de la Réforme, a fait son travail de démolition dans tous les domaines contraires à Dieu, à Son Église, au bien et au salut des âmes. Tentative donc, pour elle, de détruire La Salette par n’importe quel moyen. Les « modernistes » dénoncés par le Pape S. Pie X sont encore à l’œuvre.

La réaction à cette révolution dans l’Église est trop souvent sur le même terrain et avec les mêmes moyens (hélas efficaces). D’où les excès, souvent tout aussi insupportables des « intégroïdes », ne serait-ce que par l’usage abusif des Écritures, des documents de l’Église et des Apparitions authentiques reconnues par l’Église.

184

Nous aurons donc à manifester ici ces travers opposés qui concourent finalement au même résultat : le discrédit de La Salette en l’Apparition de Notre-Dame, et par voie de conséquence rapide, au discrédit des « traditionalistes » et en fin de compte de l’Église catholique elle-même.

Esprit moderne : négation ou charismatisme

Il y a des tendances diverses et variées dans le « modernisme » tout comme dans ce qui est supposé lui être opposé. On peut l’observer dans la pratique intellectuelle (quand il y en a…), dans la pratique religieuse, dans le comportement de la vie quotidienne.

189

Pour ce qui regarde les « modernistes », il suffirait de se reporter aux textes du Pape qui les a si heureusement démasqués et dénoncés au monde catholique par ses caractéristiques : tout faire pour tout changer, sans toutefois se faire remarquer et encore moins condamner.

L’Encyclique de S. Pie X, Pascendi Domini gregis, en est la manifestation la plus claire.

184
-1

Une tendance bien opposée mais toujours du même côté de la barrière, le « charismatisme » qui est une extension vers et dans l’Église catholique d’une forme particulière du protestantisme. Conséquence immanquable du concile Vatican II et de « son esprit » qui furent « œcuméniques », c’est-à-dire particulièrement ouverts au protestantisme qui s’en est vite gaussé.

La réaction outrée au modernisme : les intégroïdes

Il faut bien sûr se défier des étiquettes. Mais « modernistes » est le nom que se donnaient ceux qui s’appelaient aussi « progressistes » dans l’ordre politique. Le terme « moderniste » a été repris par S. Pie X.

Ceux-là ont dénommé « intégristes » ceux qui les combattaient. Ce qui peut être très flatteur pour autant qu’il s’agisse de manifester l’intégrité de la foi et des mœurs. On sait qu’il a fallu passer par « l’intégrisme » musulman pour arriver à disqualifier totalement les Catholiques voulant rester fidèles.

Par le terme intégroïdes, nous désignons ceux des traditionalistes qui en rajoutent dans les décisions de l’Église et dans leur interprétation, et sont plus critiques et rigoristes que l’Autorité.

190

Le drame de notre époque c’est la défaillance de l’enseignement, de l’éducation dans toute son amplitude : qu’il s’agisse de la première éducation, celle du bébé au bras ou au sein de sa mère, puis de l’enfant sur les genoux de sa mère, qu’il s’agisse ensuite de l’enfant grandissant entre père et mère et avec ses frères et sœurs, puis dans le cadre de l’école, ou qu’il s’agisse ensuite de l’adolescent livré plus ou moins à lui-même, délaissé sinon abandonné par parents et maîtres.


Dimanche 21 octobre 2018
22e dimanche après la Pentecôte
Les Missions, (mémoire), avant-dernier dimanche d'octobre

2e classe
Temps après la Pentecôte

Mémoire de s Missions




Oraison - collecte
Ô Dieu, notre refuge et notre force, écoutez favorablement les pieuses supplications de Votre Église, Vous l’Auteur même de toute piété, et faites que nous obtenions sûrement ce que nous demandons. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de saint Hilarion, abbé :


Que l’intercession du bienheureux Abbé Hilarion, nous recommande, s’il Vous plaît, auprès de Vous, Seigneur, afin que nous obtenions, par son patronnage, ce que nous ne pouvons attendre de nos mérites.


Sous la même conclusion : mémoire de sainte Ursule et ses Compagnes, vierges et martyres :


Donnez-nous, s’il Vous plaît, Seigneur, d’honorer toujours avec une constante dévotion le triomphe de Vos saintes Vierges et Martyres Ursule et ses Compagnes, afin que si nous ne pouvons célébrer leur fête avec une âme digne d’elles, nous leur offrions du moins nos humbles hommages. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Après l’ère des Martyrs auxquels l’Église avait exclusivement réservé les honneurs d’un culte public, on commença à placer sur les autels les serviteurs de Dieu qui, sans avoir eu la gloire de verser leur sang pour Jésus-Christ, s’étaient illustrés par leurs hautes vertus.

Saint Hilarion en Orient, et saint Martin en Occident, ouvrent la série de ces Saints que l’on désigne sous le nom de « Confesseurs ».


Né en Palestine, saint Hilarion fit ses études à Alexandrie et désireux d’embrasser une vie plus parfaite, il quitta tout pour suivre Jésus. La renommée de saint Antoine étant parvenue jusqu’à lui, il alla le trouver en Égypte.

Ce Saint le retint deux mois auprès de lui pour l’initier à sa vie de pénitence et de contemplation. Puis remettant un cilice et un vêtement de peau à cet enfant de quinze ans, il lui dit : « Persévère jusqu’à la fin, mon fils ; et ton labeur te vaudra les délices du Ciel ».


Saint Hilarion retourna en Palestine et y institua la vie monastique. Après avoir bâti plusieurs monastères dont il fut, comme autrefois Moïse pour le peuple de Dieu, le législateur, il se retira dans l’île de Chypre, afin de fuir la multitude d’admirateurs que lui attirait l’éclat de ses vertus.


Il y mourut saintement à l’âge de quatre-vingts ans, vers l’an 372. Saint Jérôme s’est fait son historien.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Exercez autour de vous une salutaire influence, fortifiez le courage des faibles.

Méditation du jour
Fruit des mystères glorieux  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|