Questions — Réponses

Vous pouvez poser ici toutes vos questions... Nous nous efforcerons d’y répondre dès que possible : personnellement ou par voie de presse, si l’intérêt est général, c’est-à-dire dans le Bulletin Dominical ou directement dans ces rubriques du chapitre général « Des questions ? - Nos réponses à vos questions » (pavé bleu colonne de gauche).

votre mail :
Votre question :

(Une erreur de JavaScript sur votre navigateur a causé la disparition du champ nécessaire à la rédaction de votre demande ici. JavaScript est sans doute désactivé.)

643

Nous vous rappelons que si nous sommes accessibles à la critique et à la saine discussion, nous sommes opposés aux violences verbales et au déballage intempestif des « forums d’empoigne » qui sont une vitrine, certes, de notre pauvre société actuelle.

Ce pourquoi nous répondrons volontiers, même publiquement, à toutes les questions, mais pas sous le feu des passions instantanées.

On pourra aussi, bien sûr, revenir sur les sujets abordés.

On voudra aussi se rappeler que poser des questions est facile et y répondre généralement bien délicat. Sans oublier que les niveaux sont très variés chez les lecteurs, et qu’un langage peut être aisé pour les uns, du chinois pour les autres.

Il faudra aussi se méfier des affirmations abruptes, simplistes, des persuasions et autres racontars admis sans aucune démonstration que la virulence qui veut servir de preuve.

Enfin un adage avait cours chez les scholastiques : pendant qu’un âne peut poser cent questions, un philosophe (c’est-à-dire quelqu’un qui fait profession de réflexion avec un outil assez au point pour son intelligence, après une longue formation et une bonne pratique) a du mal à répondre à une seule…

Mais que personne ne soit découragé (à commencer par nous) ! C’est à un travail intellectuel, aussi, que nous vous invitons.


Samedi 28 janvier 2023
S. Pierre Nolasque,

confesseur
3e classe

Temps après l’Épiphanie

Mémoire de Ste Agnès pour la seconde fois,

vierge et martyre


Bx Charlemagne,

empereur

814 - 2014 :

1 200 ans après son rappel à Dieu


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui, pour donner un exemple de Votre Charité, avez inspiré à saint Pierre de rendre Votre Église mère d’une nouvelle famille pour la rédemption des fidèles captifs, accordez-nous, par son intercession, d’être délivrés de la servitude du péché, et de jouir de la liberté sans fin dans la céleste Patrie. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de Ste Agnès, vierge et martyre :


Ô Dieu, qui nous réjouissez par cette solennité annuelle de la bienheureuse Agnès, Votre Vierge et Martyre, donnez-nous, nous Vous en supplions, de suivre, par l’exemple d’une sainte vie, celle que nous vénérons de nos hommages. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Jésus a manifesté Sa divinité en guérissant les âmes et les corps. Saint Pierre Nolasque, mû par cet exemple de charité divine et par une inspiration céleste dont saint Raymond de Pegnafort (fêté il y a cinq jours) fut l’instrument, employa tout l’argent qu’il possédait à délivrer les Chrétiens de la captivité des musulmans où languissaient leurs corps, et où leurs âmes couraient de grands dangers.


L’Ordre de Notre-Dame de la Merci, fondé à cet effet, montre comment la royauté de Jésus s’étend dans le monde naturel et dans le monde surnaturel.

Par vœu spécial, les religieux s’y engageaient à se constituer eux-mêmes prisonniers des païens, si cela était nécessaire, pour la délivrance de leurs frères dans le Christ.

Saint Pierre Nolasque mourut en 1256, et fut enterré avec sa cuirasse et son épée.


Fête de sainte Agnès pour la seconde fois :


Le 28 janvier est la date de naissance de sainte Agnès. Une tradition dit que huit jours après le martyre de sainte Agnès, ses parents vinrent prier sur son sépulcre.

La Sainte leur apparut alors environnée « d’un groupe de Vierges », resplendissantes de lumière.

« À sa droite, se tenait un agneau plus blanc que la neige : c’était le Christ qui consacrait son union avec celle qui devenait Son épouse par la virginité et le martyre ».


Quelques années après, Constance, fille de l’Empereur Constantin, fut guérie en priant à ce tombeau. Elle reçut le Baptême peu après et fit bâtir en ce lieu une église sous le nom de la bienheureuse Agnès.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Rendez-vous à la vérité humblement et sans obstination.

Méditation du jour
Ne craignons pas de trop demander  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|