IMMACULÉE CONCEPTION
de la Bienheureuse Vierge Marie
8 décembre

  • La fête de l’Immaculée Conception.

  • La Chapelle Sixtine.

  • Un bel exemple d’Artisanat Catholique.

  • « La Vie et les Mystères de la Bienheureuse Vierge Marie. »

Chromolithographie (fragment) tirée du somptueux ouvrage « La Vie et les Mystères de la Bienheureuse Vierge Marie,
Mère de Dieu », par l’Imprimeur-Éditeur Henri Charpentier, Nantes - 1859, (coll. personnelle)
Marie Immaculée entre les Prophètes Isaïe et Jérémie, écrasant de son pied la tête du serpent maudit, le démon.
Marie Immaculée entre les Prophètes Isaïe et Jérémie,
écrasant de son pied la tête du serpent maudit, le démon.

1044

RÉSUMÉ :

Ayant décidé de toute Éternité, de faire de Marie la Mère du Verbe incarné, Dieu voulut qu’elle écrasât dès le premier instant de sa conception la tête du serpent.

Il l’entoura « d’une parure de sainteté » et fit de son âme, « qu’Il préserva de toute tache, une habitation digne de Son Fils ». Dès le VIIIe siècle, on commémorait en Orient le 9 décembre, au IXe siècle, en Irlande, le 3 mai et au XIe siècle, en Angleterre, le 8 décembre la fête de la « Conception » de la Vierge.

Les bénédictins avec saint Anselme, et les franciscains avec Duns Scot (mort en 1308) furent favorables à la fête de « l’immaculée Conception » célébrée dès 1128 dans les monastères anglo-saxons. Au XVe siècle, le Pape Sixte IV, franciscain, fit construire au Vatican la chapelle Sixtine en l’honneur de la Conception de la Vierge.

Et le 8 décembre 1854, Pie IX proclama officiellement ce grand dogme en se faisant l’écho de toute la tradition chrétienne que résume la parole de l’Ange : « Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre les femmes ». « Vous êtes toute belle, ô Marie, et la tache originelle n’est point en vous », dit avec vérité le verset alléluiatique de la Messe.

Comme l’aurore, messagère du jour, Marie précède l’Astre qui illuminera bientôt le monde des âmes. Introductrice de son Fils, c’est elle qui se présente la première dans le cycle liturgique.

Demandons à Dieu « de nous guérir et de nous délivrer de toutes nos fautes », afin que, recevant cette vertu qui est propre à la fête de l’Immaculée, nous soyons plus dignes d’accueillir Jésus dans nos cœurs lorsqu’Il y viendra le 25 décembre.


LA FOI À L’IMMACULÉE CONCEPTION

La Foi à l’Immaculée Conception est immémoriale dans l’Église ; toutefois la proclamation officielle, définitive et infaillible de ce dogme ne date que du 8 décembre 1854, époque où le pape Pie IX, dans une solennité incomparable, imposa cette croyance à tous les fidèles.

Une immense acclamation de joie fit écho dans tout l’univers à la parole du Pontife, et le Ciel lui-même donna son témoignage quatre ans plus tard. L’Apparition de Lourdes eut lieu au commencement de l’année 1858 ; Marie venait dire au monde : « Je suis l’Immaculée Conception ! » utilisant le titre que l’Église venait de lui décerner. Et surtout ne disons pas cette énormité théologique assez répandue qui consiste à dire que la Sainte Vierge serait venue « confirmer » un dogme de l’Église !

Ce privilège accordé à la Sainte Vierge, avait été prédit et figuré dès l’origine du monde : par son Immaculée Conception, Marie devait écraser la tête du serpent qui a introduit le péché originel sur la terre. Par son Immaculée Conception, elle est le lis parmi les épines. Par son Immaculée Conception, elle est la toison de Gédéon, tour à tour demeurant seule sèche au milieu de la terre couverte de rosée, ou seule humectée de rosée au milieu de la terre demeurée sèche…

Comment pourrait-on raisonnablement supposer Marie un instant souillée du péché originel ? La Mère de Dieu devait être une demeure toute pure, un tabernacle sans tache pour le Fils de Dieu. Si la gloire des parents rejaillit sur leurs enfants, il en est ainsi de leur déshonneur ; la tache originelle, en Marie, rejaillirait donc sur Jésus-Christ Lui-même, ce qu’on ne peut admettre sans faire injure à la sagesse de Dieu. Non, Satan n’eût jamais pu dire au Sauveur : « Toi qui prétends vaincre ma puissance, souviens-Toi que j’ai régné sur Ta Mère ». L’Immaculée Conception est digne de Dieu, digne de Jésus-Christ, digne de Marie.

Cette grâce insigne établit déjà Marie, dès le commencement de son existence, dans un ordre à part. L’homme qui naît souillé du péché originel est sujet à la concupiscence ; Marie doit être exempte de tout penchant au mal, ses sens aussi bien que sa volonté tendent parfaitement à Dieu ; en elle, nulle faute, même involontaire ; si Jésus est impeccable par nature, Marie est impeccable par grâce ; en Marie enfin, nulle imperfection : « Vous êtes toute belle, est-il écrit, et il n’y a point de tache en vous. »

Ô vérité consolante pour nous ! Si Marie n’a jamais subi en aucune manière les atteintes du démon, comme, à notre prière, elle saura nous rendre forts contre lui ! Si elle n’a jamais connu l’ombre du péché, comme elle sera puissante pour nous en préserver ou nous en délivrer ! Gloire à Dieu dans l’Immaculée Conception de Marie !

La Chapelle Sixtine

  • Au XVe siècle, le Pape Sixte IV, franciscain, fit construire au Vatican la Chapelle Sixtine en l’honneur de la Conception immaculée de la Vierge.

  • C’est dans cette Chapelle que se déroulent les Conclaves en vue de l’élection d’un nouveau Souverain Pontife.

Après l
Après l'élection du Cardinal Eugenio Pacelli, le 2 mars 1939,
obédience des Cardinaux en capa magna au nouveau Pape, Pie XII.

1076

Les Cardinaux ont abaissé le petit baldaquin, qui surmontait leur trône, le long des murs de la Sixtine. Seul demeure celui de l’élu, devant qui, tour à tour, ils viennent s’agenouiller pour baiser la mule, la main et la joue du Pontife.

UN BEL EXEMPLE D’ARTISANAT CATHOLIQUE

EN L’HONNEUR DE L’IMMACULÉE CONCEPTION

et en hommage au Souverain pontife Pie IX

« La Vie et les Mystères de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu »,
par l’Imprimeur-Éditeur Henri Charpentier, Nantes - 1859, (coll. personnelle)

1077

« Aux pieds de

« Pie IX Pontife très bon et très grand,

« En mémoire du 8 décembre 1854

« Henri Charpentier, imprimeur-éditeur,

« Serviteur de Jésus-Christ,

« dépose humblement ce livre, travail de cinq années,

« pour la gloire de Marie Immaculée. »

8 décembre :


L’IMMACULÉE CONCEPTION


Il y a la manière des artistes et des artisans,

façon Moyen-Âge catholique,

et notre manière si petite

qui doit toutefois préparer l’honneur à rendre

à l’Immaculée

qui va nous donner notre Sauveur.

« La Vie et les Mystères de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu »,
par l’Imprimeur-Éditeur Henri Charpentier, Nantes - 1859, (coll. personnelle)
Chromolithographie dédicatoire de l
Chromolithographie dédicatoire de l'imposant ouvrage édité pour honorer
la proclamation du dogme de l'Immaculée conception.
Ouvrage composé uniquement de chromolithographies montées chacune sur onglet (format 31 x 42 cm).

1079

  • Aux quatre angles de gauche à droite (et de haut en bas) : les quatre grands Prophètes Isaïe, Jérémie ; Ézéchiel et Daniel.

  • On peut lire autour de cette chromolithographie dédicatoire à partir de la gauche en bas en tournant :

    « Le très Haut a sanctifié Son Tabernacle.

    « Le Seigneur la protègera dès son aurore. (Ps., XLV)

    « Le Saint qui naîtra de vous

    « Sera appelé le Fils de Dieu. (S. Luc, II)

    « Attirés par la splendeur de votre origine tous viendront

    « payer au Seigneur un nouveau tribut de louanges. (Is., LX)

    « C’est en moi Sa servante que le Seigneur

    « a rempli les promesses de Sa miséricorde. (Judith, XIII) »

LA VIE ET LES MYSTÈRES

DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE

  • Comment retrouver sur notre site quelques-unes des reproductions que nous avons faites de cet ouvrage remarquable :

  • La répartition se fait sur trente-et-un jours pour la méditation quotidienne pendant le Mois de Marie.

  • Ce tableau sera complété au fur et à mesure de la parution sur notre site de ces illustrations.

1078

  • (8e jour) La VISITATION : 2 juillet.

  • (12e jour) La CHANDELEUR : Présentation de l’Enfant Jésus au Temple et PURIFICATION de la Sainte Vierge : 2 février.

  • (14e jour) La SAINTE FAMILLE, Marie pendant la vie cachée à Nazareth : 1er dimanche après l’Épiphanie.

  • (25e jour) La PENTECÔTE, Marie au Cénacle (voir méditation du 31 mai).


Samedi 15 mai 2021
S. Jean-Baptiste de La Salle,

confesseur
3e classe

Temps Pascal

Sainte Dymphna ou Dimpna de Geel

en Brabant,

vierge et martyre avec

Saint Géréberne,

prêtre et martyr


voir Le Martyrologe #90-4


(Prière de ce jour) :
Voir « Mois de Marie » #1399-64




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui pour l’instruction chrétienne des pauvres et pour la confirmation de la jeunesse dans la voie de la Vérité, avez suscité votre Confesseur Jean-Baptiste, et avez par lui fondé une nouvelle famille dans l’Église ; accordez-nous dans Votre bonté, qu’à son exemple et par son intercession, brûlants de zèle pour procurer Votre gloire au moyen du salut des âmes, nous puissions dans les Cieux partager sa récompense. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né à Reims, le 30 avril 1651, d’une famille illustre, saint Jean-Baptiste de la Salle se rendit dès son enfance cher à tous par les vertus de son âme, la douceur de sa nature et la vivacité de son esprit.

Il alla à Paris pour étudier la Théologie à la Sorbonne. Il était chanoine de l’Église Métropole à dix-sept ans. Devenu prêtre, il offrit le Saint Sacrifice avec une Foi très vive et une très grande ardeur d’amour qu’il garda toujours lorsqu’il était à l’autel.


Dieu l’avait suscité « pour donner l’enseignement chrétien aux pauvres et pour affermir la jeunesse dans la voie de la vérité ». Il fonda dans ce dessein une nouvelle congrégation religieuse qu’il nomma les Frères des Écoles Chrétiennes et qui se répandit bientôt par tout le monde.

Par humilité et par amour de la pauvreté, il renonça à son Canonicat et distribua tous ses biens aux pauvres. « Enflammé de zèle pour le salut des âmes, il se dépensa toute sa vie, dit le Bréviaire, pour leur plus grand bien.


Sévissant assidûment contre lui-même par des jeûnes, des flagellations et d’autres austérités, il passait les nuits en prière. Tel fut son genre de vie jusqu’à ce que, remarquable en toutes les vertus, spécialement par son obéissance, son zèle pour l’accomplissement de la volonté divine, son amour et son dévouement envers le Siège apostolique, et chargé de mérites, il s’endormit dans le Seigneur à Rouen le Vendredi-Saint, 7 avril 1719 à l’âge de soixante-huit ans ».


Après s’être efforcé d’ensevelir sa vie dans les fonctions les plus humbles, en servant Jésus dans les petits enfants, il fut élevé par le divin Ressuscité dont il partage la gloire et qui continue à bénir son œuvre dans l’univers entier.

« Brûlons de zèle comme ce Saint pour procurer la gloire de Dieu en sauvant les âmes, afin de partager sa récompense dans les Cieux ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Défiez-vous de la présomption ; mettez votre confiance en la grâce de Dieu.

Méditation du jour
Les coopérateurs du Christ
[On rejette les Catholiques ? on aura les musulmans !…]
 suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|