N° 1704 13 décembre 2015
L’ANNÉE DU SAPIN DE NOËL

  • APRÈS LE PÉCHÉ ORIGINEL, L’IDOLÂTRIE

  • ARBRES IDOLÂTRÉS

  • ARBRES TRANSFIGURÉS

  • ARBRE DE NOËL

  • SAINT COLOMBAN (615 - 2015)

2230

Saint Boniface, apôtre de la Germanie, qui abat un arbre de superstition servant d’idole aux Goths de Hesse.
Saint Boniface, apôtre de la Germanie,
qui abat un arbre de superstition
servant d’idole aux Goths de Hesse.
  • APRÈS LE PÉCHÉ ORIGINEL, L’IDOLÂTRIE

    Après le péché originel et la perte du paradis terrestre, si nos premiers parents, Adam et Ève, ont regretté leur épouvantable faute et sont restés fidèles à Dieu, il n’en a pas été de même pour leurs descendants. C’est ainsi que ceux qui s’éloignaient de plus en plus du vrai Dieu, selon le mauvais exemple de Caïn, se mirent à vénérer de façon idolâtre des éléments de la nature qui les entouraient mais qui les dépassaient par leur présence imposante ou leurs manifestations terribles. Ces descendants d’Adam et Ève avaient gardé dans leur cerveau enténébré (conséquence du péché originel) un vague souvenir de Dieu et la nécessité de Lui rendre un culte au moins extérieur. Ils prirent les manifestations naturelles impressionnantes pour des actes d’un Esprit supérieur en colère, et vouèrent ainsi des oblations et des sacrifices à ces divinités qu’ils s’inventèrent à partir d’éléments réels.


  • ARBRES IDOLÂTRÉS

    Le tonnerre, les éclairs, les tempêtes d’abord, puis localement les volcans et autres tsunamis les terrifiaient. Puis plus proches d’eux, certains animaux ou autres grands arbres attiraient leur attention craintive ou admirative, et devenaient ainsi des idoles. L’évangélisation des ces peuples idolâtres n’allait pas de soi car ces idoles n’étaient rien autre chose que des démons plus ou moins cachés, plus ou moins méchants. Aussi, des Saints n’hésitèrent pas à affronter directement ces démons pour montrer à ces peuples où se trouvait le vrai Dieu. Ainsi par exemple un saint Boniface — apôtre de la Germanie — qui abat un arbre de superstition servant d’idole aux Goths de Hesse : le chêne de Thor (ou du Tonnerre). Quand la foule en fureur va se jeter sur l’Évêque, un prodige vient soudain la calmer : l’arbre énorme se plie sous une main invisible et vient tomber en quatre tronçons aux pieds du Saint. C’était au tout début du VIIIe siècle dans les immenses forêts sauvages de la Germanie, en Thuringe (voir dans le site cassicia.com la notice hagiographique du Saint dans la rubrique « Le Martyrologe »).

SAINT COLOMBAN (615 - 2015)

2232

Le Saint qui a décoré le premier sapin de Noël. Cette année (2015) : 14e centenaire de sa naissance au Ciel. Fête le 21 novembre.

2231

Saint Colomban, moine Irlandais,  accroche de nombreuses torches aux branches de l’arbre et dessine ainsi une grande croix lumineuse.
Saint Colomban, moine Irlandais,
accroche de nombreuses torches aux branches de l’arbre
et dessine ainsi une grande croix lumineuse.
  • ARBRES TRANSFIGURÉS

    Un peu plus tôt, vers la fin du VIe siècle, un moine Irlandais, saint Colomban, vint en missionnaire dans la Gaule catholique qui se laissait aller, et fonda un monastère (entre autres) au milieu des sapins de la grande forêt des Vosges à Luxeuil. C’est Noël, et la population est indifférente à l’anniversaire de la naissance de Jésus-Christ. Sur une hauteur se trouve un sapin séculaire, immense et majestueux, que les habitants vénèrent comme des païens. Saint Colomban accroche de nombreuses torches aux branches de l’arbre et dessine ainsi une grande croix lumineuse. Ainsi attirés par ces illuminations, les gens du village viennent au pied du sapin. Saint Colomban leur prêche alors Notre Seigneur venu pour les sauver.

    Au XVIe siècle, le conifère va entrer dans les foyers, en Alsace, décoré de symboles : pommes, friandises et bougies. La femme de Louis XV, la Polonaise Marie Leszczynska, va plus tard introduire pour la première fois la tradition à Versailles au XVIIIe siècle. L’arbre de Noël va se généraliser partout en France à partir du XIXe siècle.


  • ARBRE DE NOËL

    S’il n’a évidemment rien de liturgique, le sapin de Noël égaie notre grande fête et pour cela doit être clairement christianisé par une étoile en son sommet et par des sujets religieux comme une crèche à son pied. On le voit, l’Église a de tous temps pu élever vers le surnaturel ce qui était païen ou trop naturel, au rebours des apostats qui détournent et abêtissent le surnaturel comme le pauvre saint Nicolas.

  • AU CAMEROUN

    • REFONDATION d’une communauté religieuse au Cameroun (suite)

    • BAPTÊME de Charles-Laurent

    7- Baptême de Charles-Laurent.
    7- Baptême de Charles-Laurent.

    2233

    Suite des explications, dans les Bulletins Dominicaux précédents, sur la situation de cette petite communauté religieuse et du reportage sur le baptême de deux lycéens.


    Vous pouvez faire un cadeau de Noël à nos Catholiques Camerounais et favoriser leur réinstallation en adressant un don à la Confrérie de la Mère de Dieu (voir ci-dessus, colonne de gauche, sous le pavé bleu : « Effectuer un don à la Confrérie de la Mère de Dieu » en précisant : Refondation Cameroun). Grand merci !

    Pour nous aider à méditer

    Nous verrons dans ce mois [de l’Avent] trois objets (…) ;
    le second, saint Jean[-Baptiste], l’enfant de la grâce, criant au désert pour faire aplanir les chemins pour l’Époux qui doit arriver. (S. François de Sales, Lettres, DCXXXI).

    Notes tirées du sermon

    Dimanche de la mi-carême de Noël… Ornements toujours violets car nous sommes dans un Temps de pénitence, mais il peuvent être roses, et des fleurs peuvent orner l’Autel pour la joie de nos yeux et l’orgue réjouir aussi nos âmes par le moyen des oreilles. C’est que nous avançons sur le chemin qui nous conduit à la Crèche. Nous avons certes écouté saint Jean-Baptiste prêchant la pénitence et nous encourageant à aller vers le Christ Notre Seigneur. Mais notre courage faiblit à cause de la longueur et des difficultés de la route.

    Aussi, que d’hésitations pour ne pas dire de refus. Les Juifs pour la plupart ne veulent pas accueillir Jésus qui est pourtant bien le Messie annoncé. Et ceux-là entraînent une bonne partie des foules qui n’osent guère s’engager. « Dites aux pusillanimes : “Prenez courage et ne craignez point ; voici notre Dieu qui viendra, et Il nous sauvera” » (Communion). C’est que nous sommes nous-mêmes bien timorés alors que nous savons que le Messie est bien venu il y a deux millénaires, mais nous craignons d’avoir à L’écouter, à Le suivre, à nous amender, préférant nos aises.

    Le tentateur est toujours à l’œuvre et cherche à nous détourner, à nous décourager. C’est par orgueil qu’il s’est perdu, c’est par l’orgueil qu’il nous veut perdre. Il a déjà réussi au paradis terrestre où nos premiers parents ont perdu la justice originelle en laquelle ils avaient été créés, et ils se sont fait un enfer ici-bas. Nous avons été rachetés, mais nous nous relâchons et risquons le pire. Saint Paul nous le dit (Introït et Épître) : « Que votre modestie soit connue de tous les hommes, car le Seigneur est proche » (Phil., IV, 3). La modestie, pour contrer cet orgueil qui est à la racine de tous nos péchés. La modestie bien sûr dans notre tenue extérieure (vêtement et maintien), mais aussi dans notre volonté propre et dans nos pensées : que nous soyons humblement soumis à notre Mère l’Église et aux exemples des Saints.

    Recommandation spirituelle de la semaine

    « Notre glorieux saint Jean était bien armé de cette vertu [l’humilité]. Mon Dieu, qu’elle fut admirable en ce grand Saint ! car il n’était point au Ciel ni au paradis terrestre, mais sur la terre. » (S. François de Sales)


    Samedi 24 juin 2017
    NATIVITÉ DE S. JEAN-BAPTISTE

    précurseur du Messie
    1re classe

    Temps après la Pentecôte



    Oraison - collecte
    Ô Dieu, qui nous avez rendu ce jour vénérable par la Nativité du bienheureux Jean, accordez à Votre peuple la grâce des joies spirituelles, et dirigez les âmes de tous les fidèles dans la voie du salut éternel. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.
    Ainsi soit-il

    Vie du Saint du jour
    « Prophète du Très-Haut », saint Jean est figuré par Isaïe et Jérémie ; mieux qu’eux encore, il fut consacré dès le sein de sa mère pour annoncer Jésus et préparer les âmes à Sa venue.

    L’Évangile nous retrace les prodiges qui marquèrent sa naissance. Zacharie impose à son enfant le nom que saint Gabriel lui a apporté du Ciel et qui signifie : Le Seigneur a fait grâce. Il recouvre aussitôt la voix et, rempli de l’Esprit-Saint, il prédit les grandeurs de son fils : « Il ira devant la face du Seigneur pour donner au peuple la connaissance du salut ».


    L’Ange Gabriel avait annoncé à Zacharie que « beaucoup se réjouiraient de la naissance de saint Jean-Baptiste ». Ce ne furent pas seulement, en effet, « les voisins et les parents d’Élisabeth », qui fêtèrent cet événement, mais chaque année, au jour de l’anniversaire, l’Église toute entière convie ses enfants à partager cette sainte joie. Elle sait que la nativité « de ce Prophète du Très-Haut » en cette Noël d’été est intimement liée à l’avènement du Messie.


    À partir de la fête de la Nativité de saint Jean, les jours décroissent, car le soleil ayant atteint le point culminant de sa course annuelle, se remet à descendre. Au contraire, la fête de la Nativité du Sauveur, dont celle-ci est le prélude, marque l’époque où le soleil recommence à monter sur son orbite.

    Le Précurseur doit s’effacer devant Jésus qui est la vraie lumière des âmes. « Il faut qu’il croisse, dit saint Jean, et que je diminue ». Les solstices étaient l’occasion de fêtes païennes où l’on allumait des feux pour honorer l’astre qui nous donne la lumière. L’Église christianisa ces rites en y voyant un symbole de saint Jean qui était « une lampe ardente et brillante ». Aussi « encouragea-t-elle ce genre de manifestation qui correspondait si bien au caractère de la fête. Les feux de la Saint-Jean complétaient heureusement la solennité liturgique ; ils montraient unies dans une même pensée l’Église et la cité terrestre » (Dom Guéranger).


    Le nom du Précurseur est inscrit au Canon de la Messe en tête de la 2e liste. On célébrait autrefois, au jour de sa fête, trois messes en son honneur, et nombreuses étaient les églises qui lui étaient dédiées. Les parents aimaient de même à donner son nom à leurs enfants. Paul diacre, moine du Mont-Cassin et ami de Charlemagne, avait composé en l’honneur de saint Jean-Baptiste l’hymne : « Ut queant laxis ».


    Au XIIIe siècle, le moine bénédictin Guy d’Arezzo remarqua que les notes chantées sur les syllabes initiales formaient la série des six premiers degrés de la gamme. Il désigna chaque degré par la syllabe correspondante : (Ut, ré, mi, fa, sol, la, si) et facilita beaucoup par là l’étude des intervalles musicaux.

    Ut queant laxis (do)

    resonare fibris. (ré)

    Mira gestorum (mi)

    famuli tuorum. (fa)

    Solve polluti (sol)

    labii reatum. (la)

    Sancte Johannes. (si)

    « Afin que vos serviteurs puissent chanter à pleine voix les merveilles de vos œuvres, purifiez leurs lèvres souillées, ô saint Jean ».

    Zacharie, faisant savoir qu’il voulait appeler son fils Jean, avait aussitôt retrouvé l’usage de la parole ; et voici qu’une hymne composée en l’honneur du Prophète dont la voix retentit au désert, devient l’instrument d’un nouveau progrès dans l’art musical.


     voir la grande vie du Saint


    Résolution pratique du jour
    Remerciez Dieu souvent des grâces de choix dont Il vous a prévenu dès votre apparition dans ce monde.

    Méditation du jour
    Le Précurseur reconnaissant le Sauveur du monde  suite

    |Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|