• Pour le 5e dimanche après la Pentecôte :

COMMENT JÉSUS INTRODUIT LA LOI NOUVELLE

SANS ABOLIR L’ANCIENNE

Introduction pour l’Évangile de ce dimanche

(selon saint Matthieu, V, 20-24)

« Homélies sur Saint Matthieu », Homélie XVI, sur le verset :

« Ne pensez pas que Je sois venu détruire la Loi, ou les Prophètes. » (Mt., V, 17)

(Saint Jean Chrysostôme, archevêque de Constantinople et docteur grec de l’Église).

  • Plaisante introduction du saint Docteur de l’Église : personne n’avait évidemment à soupçonner Jésus… mais… « c’était bien tout le contraire ».

  • Bonté du Sauveur qui ménage Ses auditeurs : ils aiment la Loi qu’ils violent chaque jour et ne veulent pas qu’on y touche.

  • Mais non : la Loi ne sera pas abolie mais parfaite.

  • Argumentation équilibrée pour éviter les deux écueils opposés : Jésus refusant d’obéir à Dieu, Jésus n’étant pas Dieu.

    VOIR à la fête du 29 juin des

    SAINTS APÔTRES PIERRE ET PAUL

475

1. Qui donc L’en avait soupçonné ? qui L’en avait accusé, pour qu’Il crût devoir répondre à cette objection ? Un tel soupçon ne pouvait certes pas trouver un fondement dans Ses paroles ; car, en leur recommandant la douceur, la modestie, la miséricorde, la pureté du cœur, un invincible amour pour la justice, Il n’agissait nullement dans ce sens ; c’était bien tout le contraire.

Pourquoi dès lors parle-t-Il ainsi ? Ce n’est pas sans intention et sans but, c’est parce qu’Il allait donner des préceptes supérieurs à ceux de l’ancienne Loi, en tenant ce langage : « Vous avez ouï qu’il a été dit aux anciens : Vous ne tuerez pas ; et Moi Je vous dis : Ne vous mettez pas en colère. » (Mt., V, 21-22). voir Bulletin Dominical N°1313 #156-22

Au moment de leur ouvrir une voie céleste et divine, Il a recours à cette précaution, pour que la nouveauté de Sa doctrine ne jetât pas la perturbation et le doute dans l’âme de Ses auditeurs. Bien qu’ils n’accomplissent pas la Loi, ils l’aimaient d’un amour sincère ; ils avaient beau la violer chaque jour, ils voulaient du moins que la lettre en demeurât inaltérable et que rien n’y fût ajouté. Ils restaient mêmes attachés aux additions faites par leurs chefs, et qui la corrompaient cependant, au lieu de la perfectionner. Le respect pour les parents, par exemple, avait singulièrement souffert de ces nouveaux préceptes, ainsi que beaucoup d’autres devoirs consacrés dans la législation primitive.

Ainsi donc, comme le Christ n’appartenait pas à la tribu sacerdotale [la tribu de Lévi ; Notre Seigneur étant né dans la tribu royale de David à laquelle appartenait la Sainte Vierge Marie (et aussi Saint Joseph le Père nourricier de Jésus, Époux si chaste de Notre-Dame)], et comme les préceptes qu’Il allait ajouter auraient pour conséquence, non d’amoindrir la vertu, mais d’en agrandir le domaine, Il prévenait les difficultés qui pouvaient s’élever dans les esprits et les troubler, avant que Ses admirables Lois fussent écrites. Or quelles étaient ces difficultés ? En écoutant Sa doctrine, les Juifs pensaient qu’Il se proposait d’abroger les vieilles prescriptions légales. Il dissipe donc cette erreur.

LE CHRIST N’EST POINT VENU DÉTRUIRE LA LOI

Et ce n’est pas ici seulement qu’ìl l’attaque, Il y revient en d’autres circonstances. On L’accusait d’être l’ennemi de Dieu, sous prétexte qu’Il n’observait pas le sabbat ; pour les guérir d’un tel soupçon, Il consent à présenter Sa défense, mais une défense digne de Lui, quand Il parle de la sorte : « Mon Père fait Son œuvre, et Je la fais aussi. » (Jn, V, 17). Il se défend encore mais avec plus de condescendance, lorsqu’Il cite l’exemple d’une brebis perdue le jour du sabbat, en leur montrant que la loi du repos est suspendue pour que la brebis soit retrouvée ; Il leur cite de plus la circoncision comme pouvant suspendre cette même loi.

Il consent à leur adresser un langage aussi modeste, Il y revient souvent, pour chasser de leur esprit la pensée qu’Il était l’ennemi de Dieu. C’est pour cela que Lui qui ressuscitait tant de morts avec une seule parole, faisait une prière en rappelant Lazare du tombeau. De peur cependant qu’Il ne Se montrât de la sorte inférieur à Son Père, et pour aller au-devant de cet autre soupçon, Il ajoutait : « J’ai dit cela à cause de la foule qui M’entoure, afin qu’ils croient que Vous M’avez envoyé. » (Jn, XI, 42).

POURQUOI LE CHRIST N’AGIT-IL POINT TOUJOURS AU NOM DE SA PROPRE AUTORITÉ

Il n’agit pas en tout comme de Son autorité propre, voulant ainsi condescendre à leur faiblesse ; Il n’agit pas toujours non plus après avoir prié, de peur que dans la suite ce ne fût là le prétexte d’une funeste opinion, celle de Son impuissance et de Son infériorité : Il agit tantôt d’une façon et tantôt d’une autre, pour répondre d’avance à ces tendances opposées. Il fait même briller en cela une prudence qui Le manifeste ; car Il accomplit les grandes choses comme en ayant le pouvoir, et pour celles qui sont bien moindres Il lève les yeux au Ciel. En effet, lorsqu’Il remet les péchés, dévoile les pensées secrètes, ouvre le paradis, chasse les démons, purifie les lépreux, met un frein à la mort, lui arrache ses victimes, Il commande en souverain : est-il question d’une chose bien moins grande, de multiplier les pains, Il fait une prière, Il lève les yeux au Ciel, nous montrant ainsi que rien dans Ses actes n’accuse un défaut de pouvoir. Comment ? Il était assez puissant pour les grandes choses, et pour les petites Il aurait eu besoin de prier ? S’Il agit de la sorte, nous l’avons dit, c’est pour réprimer l’impudence de ces hommes.

Appliquez cette même observation aux paroles dans lesquelles Il S’humilie. De telles paroles et de tels actes sont motivés par plusieurs raisons : Il veut qu’on ne puisse pas Le regarder comme un ennemi de Dieu, Il Se propose encore de les instruire et de les guérir, Il leur enseigne ainsi l’humilité, Il leur montre qu’Il S’est revêtu d’une chair véritable ; de plus, les Juifs ne sont pas capables de tout apprendre à la fois ; enfin, le divin Maître nous éloigne par là de toute pensée superbe. Laissant donc aux autres le soin de dire ce qu’il y a de grand, Il ne parle souvent de Lui-même que pour Se rabaisser.

[Si Dieu veut, nous donnerons l’an prochain le commentaire direct du passage de l’Évangile de ce dimanche, suite de cette Homélie de Saint Jean Chrysostôme.]


Vendredi 21 janvier 2022
Ste Agnès,

vierge et martyre
3e classe

Temps après l’Épiphanie



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui choisissez ce qu’il y a de faible dans le monde, pour confondre les forts, accordez-nous par Votre miséricorde que, célébrant la solennité de la bienheureuse Agnès, Votre Vierge et Martyre, nous ressentions auprès de Vous les effets de sa protection. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
La Messe d’aujourd’hui nous rappelle l’un des plus touchants et glorieux triomphes de Jésus sur le monde.

Sainte Agnès, enfant d’une des plus nobles familles de Rome, va au-devant de l’Époux et se consacre à Lui à l’âge de 10 ans. Jésus alors « fait par elle des prodiges admirables ».


Le fils du préfet de Rome la demande en mariage et elle répond : « Celui à qui je suis fiancée, c’est le Christ que servent les Anges ». L’on veut alors attenter par la violence à sa vertu, mais « Dieu délivre son corps de la perdition ». On la jette sur un bûcher ardent et elle n’est point brûlée par le feu ».

Condamnée à avoir la tête tranchée, elle encourage son bourreau qui hésite : « Frappez sans crainte car la fiancée fait injure à l’Époux si elle Le fait attendre ».


À l’âge de 13 ans (l’an 304), cette faible enfant confond les puissants de cette terre. On éleva sur son tombeau, à la voie Nomentane, la magnifique basilique qui existe encore, et son nom fut inscrit vers la fin du Ve siècle avec celui de cinq autres martyres, au Canon de la Messe.

À la basilique de Sainte-Agnès est annexé un monastère bénédictin. Les Bénédictines de Sainte-Cécile, au Transtévère, élèvent les agneaux bénis ce jour dont la laine sert à la confection des palliums. Chaque année, en effet, le 21 janvier, à Sainte-Agnès-hors-les-Murs, après la Messe pontificale célébrée par l’Abbé des Chanoines réguliers de Latran, on porte sur l’autel deux agneaux blancs ornés de fleurs et de rubans, couchés sur des corbeilles de soie à crépines d’or.


Le chœur chante l’antienne « Stans a dextris ejus agnus nive candidior, Christus Sibi sponsam consecravit et martyrem » ; puis le célébrant bénit les agneaux. Une députation du Chapitre de Latran les porte ensuite au Pape qui les bénit de nouveau et les envoie aux religieuses chargées de nourrir les agneaux et de confectionner les palliums.

Le 28 juin, le Pape, dans la basilique Saint-Pierre, bénit les palliums, qui sont ensuite placés dans un riche coffret ciselé de vermeil, don de Benoît XIV, et déposés dans la Confession sur la tombe de saint Pierre, pour être ultérieurement envoyés par le Pape aux archevêques et par privilège à certains évêques.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ayez un soin jaloux de conserver dans la pureté votre âme non moins que votre corps.

Méditation du jour
Le bienfaisant devoir de la prière  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|