ANNONCIATION
de la Bienheureuse Vierge Marie
25 mars

RÉSUMÉ :

Mars, autrefois le premier mois de l’année civile, s’est déjà illustré, dans le court espace de quatre jours, des fêtes de l’Archange saint Gabriel, de saint Joseph et de saint Benoît.

Aujourd’hui il nous rappelle le plus grand événement de l’histoire : l’Incarnation de Notre-Seigneur dans le sein d’une Vierge. En ce jour le Verbe s’est fait chair, Il s’est uni à tout jamais l’humanité de Jésus.

Aussi le 25 mars est-il la date anniversaire de l’ordination du Christ comme prêtre, car c’est par l’onction de la divinité qu’Il est devenu Pontife suprême, Médiateur entre Dieu et les hommes.


Le mystère de l’Incarnation mérite à Marie son plus beau titre, celui de « Mère de Dieu », en grec : « Theotocos », nom que l’Église d’Orient inscrivait toujours en lettres d’or, comme un diadème, sur le front de ses images ou de ses statues.

« Placée sur les confins de la Divinité » (saint Thomas d’Aquin), puisqu’elle fournit au Verbe de Dieu la chair à laquelle Il s’unit hypostatiquement, la Vierge fut toujours honorée d’un culte suréminent ou d’hyperdulie : « Le Fils du Père et le Fils de la Vierge deviennent naturellement un seul et même Fils », dit saint Anselme. Marie est dès lors la reine du genre humain et tous la doivent vénérer.


Au 25 mars correspondra, neuf mois plus tard, le 25 décembre, jour où se manifestera au monde le miracle qui n’est connu aujourd’hui que du Ciel et de l’humble Vierge. La date du 25 mars, selon les anciens Martyrologes, serait aussi celle de la mort du Sauveur. Elle nous rappelle donc, en cette Sainte Quarantaine, comme le chante le Credo, que, c’est « pour nous, hommes, et pour notre salut, que le Fils de Dieu est descendu du Ciel, qu’Il s’est Incarné par l’opération du Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie, qu’Il s’est fait homme, qu’Il a souffert sous Ponce-Pilate, a été enseveli et qu’Il est ressuscité le troisième jour ».


Puisque le titre de Mère de Dieu rend Marie toute-puissante auprès de son Fils, recourons à son intercession auprès de Lui, afin que nous arrivions par les mérites de Sa Passion et de Sa Croix à la gloire de Sa Résurrection.

1322

L’Annonciation de la sainte Vierge et l’Incarnation de Jésus-Christ, double base de notre sainte religion, ne forment, pour ainsi dire, qu’un seul et inséparable mystère.

Depuis plus de quatre mille ans, la terre attendait le Sauveur promis ; l’heure de la délivrance a sonné enfin : voici le Rédempteur ! Une scène d’une grandeur toute mystérieuse se passe dans les splendeurs du Ciel ; la sainte et adorable Trinité tient conseil.

Pour réparer l’injure infinie faite à la Divinité par le péché, il faut une réparation infinie et par conséquent divine ; le Fils de Dieu descendra de Son trône éternel, il prendra une chair humaine et sera tout ensemble Dieu et Homme : homme parce qu’il faut une victime, Dieu parce qu’il faut une Victime digne de Dieu.

Le message céleste est confié à l’Archange saint Gabriel. Où trouvera-t-il celle qui, d’après les plans divins, doit donner naissance au Sauveur du monde ? Sera-ce dans un grand empire ? Non, mais la petite province de Galilée, perdue au milieu de l’immense empire romain. Il faudra du moins prendre sur un trône celle qui doit devenir la mère de son Dieu ? Non encore : il y a dans la petite ville de Nazareth une humble et pauvre maison où habite une jeune vierge inconnue ; son nom est Marie ; elle est la chaste épouse d’un artisan, le chaste saint Joseph.

En ce moment, elle prie à genoux et soupire peut-être après la venue du Messie promis. L’Ange soudain paraît devant elle : « Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes ! » Salut magnifique, incomparable, qui ne sera jamais envoyé qu’une fois du Ciel !

Marie le reçoit avec une humilité profonde et se trouble de ces étonnantes paroles. L’Ange ranime aussitôt la confiance de la timide vierge : « Ne craignez rien, Marie, ajoute-t-il, vous avez trouvé grâce devant Dieu ; vous concevrez et vous enfanterez un Fils, à qui vous donnerez le nom de Jésus ; Il sera grand, et on L’appellera le Fils du Très-Haut, et Son règne n’aura pas de fin ».

Quelle promesse et quel honneur ! Mais comment s’opérera cette merveille en celle qui a voué à Dieu sa virginité ? La réponse est facile à l’envoyé du Ciel : « L’Esprit-Saint descendra en vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de Son ombre ».

Marie n’a plus qu’à prononcer le Fiat qui va faire tressaillir la terre d’espérance : « Voici la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon votre parole ». À cet instant béni, le mystère s’accomplit, le Verbe se fait chair, et Marie pourra entonner bientôt le cantique de la reconnaissance : « Mon âme glorifie le Seigneur, et mon âme exulte en Dieu mon Sauveur ! à cause des grandes choses que Dieu a opérées en moi, toutes les nations m’appelleront bienheureuse ! »

Bloc-feuillet émis par la France en 2005

émission commune avec un autre semblable de la cité du Vatican

1892

En 1797, les armées révolutionnaires françaises commandées par le général Napoleone Buonaparte, sont victorieuses des autrichiens et s’emparent en Italie de diverses œuvres d’art qu’elles rapportent en France.

Parmi ce butin, un retable peint par RAPHAËL en 1502-1503, commandé par Léandra Baglioni, veuve de Simone degli Oddi, pour l’église San Francesco al Prato de Pérouse.

Le retable lui-même (272x165 cm) représente le « COURONNEMENT DE LA VIERGE ». Sa prédelle se compose, elle, de trois compartiments de 27x50 cm qui représentent : « L’ANNONCIATION », « L’ADORATION DES MAGES » et « LA PRÉSENTATION DE JÉSUS AU TEMPLE ».

L’ensemble de l’œuvre est transportée à Paris où est effectuée la transposition du bois sur toile.

En 1815, à la Restauration, le retable est restitué aux États de l’Église et déposé au Vatican par le Pape PIE VII.


Samedi 21 avril 2018
S. Anselme,

confesseur et docteur de l’Église
3e classe

Temps Pascal



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez fait à Votre peuple la grâce d’avoir le bienheureux Anselme pour ministre du salut éternel, faites, nous Vous en prions, que nous méritions d’avoir pour intercesseur dans les Cieux celui qui nous a donné sur terre la doctrine de vie. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Moine de la célèbre abbaye bénédictine de Sainte-Marie du Bec en Normandie, saint Anselme en fut Abbé, puis Archevêque de Cantorbéry.


« Rempli de la Sagesse divine » et doué de talents supérieurs, il s’appliqua à développer la science de Dieu par une méthode rationnelle qui fraya la voie aux théologiens scolastiques : « Je ne cherche pas à comprendre pour croire, déclarait-il, mais je crois pour comprendre ».

Aussi réalisa-t-il la parole de l’Évangile : « Vous êtes la lumière du monde », et l’Église lui a-t-elle décerné le titre de Docteur.


« Héros de doctrine et de vertu, déclare Urbain II, il fut de même intrépide dans les combats de la Foi ».

Pasteur courageux, il défendit « à temps et à contretemps » contre la tyrannie ambitieuse de Guillaume le Roux la liberté sacrée que Jésus avait acquise par Son Sang à Ses brebis.

« Le Christ, affirme-t-il, n’aime rien tant en ce monde que la liberté de Son Église ».


Il mourut à l’âge de soixante-treize ans, le 21 avril 1109.

Honorons saint Anselme « afin que celui qui a été le Docteur de la doctrine de vie sur terre soit aussi notre intercesseur au Ciel ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Rendez le bien pour le mal, priez pour vos ennemis et traitez-les avec égard.

Méditation du jour
Le premier départ des premiers missionnaires !...  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|