• Pour le 16e dimanche après la Pentecôte :

L’invité orgueilleux aux noces ;

Son humiliation ;

Et la nôtre, riches de nous-mêmes.


Évangile de ce dimanche (selon saint Luc, XIV, 1-11)

« Traité sur l’Évangile de saint Luc », Livre VII, n° 195.
( Saint Ambroise, archevêque de Milan et docteur latin de l’Église).

  • Nous sommes largement avancés dans le long Temps après la Pentecôte, mais qui commence à paraître court puisque nous nous acheminons vers le terme.

  • Il s’agit encore de ces grandes préoccupations des gens dans de la force de l’âge (les richesses, le mariage…) mais qui viennent s’opposer à notre bien éternel si l’on n’y prend garde.

  • Ici le fondement est l’humilité face à l’orgueil qui a tout détruit avec et depuis le péché originel.

Festin (d
Festin (d'après une peinture grecque).

725

NOTRE SEIGNEUR SOIGNE NOS INFIRMITÉS MORALES

SYMBOLISÉES PAR CELLES PHYSIQUES

195. C’est pourquoi suit en premier lieu la guérison de l’hydropique, en qui l’enflure envahissante de la chair gênait les fonctions de l’âme, éteignait la flamme de l’esprit.

Puis une leçon d’humilité, lorsqu’en ce festin de noces est réprimé le désir d’une place plus élevée : avec douceur cependant, pour que la bonté de la persuasion enlève toute âpreté à l’interdiction, que la raison rende efficace la persuasion, et que l’avertissement corrige le désir.

[Noter cependant que plus tard, n’étant pas entendu, Notre Seigneur fera exclure l’invité de la noce entré sans être paré.]

Dans son voisinage immédiat vient s’insérer la bonté : la parole du Seigneur la définit et distingue comme devant s’exercer envers les pauvres et les faibles ; car être hospitalier pour être payé de retour, c’est calcul d’avarice.

MÉPRIS DES RICHESSES DU MONDE :

PAUVRETÉ ET VIRGINITÉ

196. Enfin, comme à un vétéran qui a terminé son service, est proposée cette prime, le mépris des richesses. Car celui qui, absorbé par les soucis inférieurs, se procure des domaines terrestres, ne saurait obtenir le Royaume du Ciel, puisque le Seigneur dit : « Vendez tous vos biens, et suivez-moi » (Mt., XIX, 21) ; pas davantage celui qui achète des bœufs, puisqu’Élisée a tué ceux qu’il avait et les a partagés au peuple (I Rois, XIX, 21) ; quant à celui qui prend femme, il pense aux choses du monde, non pas à Dieu.

Ceci n’est pas pour condamner le mariage, mais parce que la virginité est appelée à un honneur plus grand ; car « la femme non mariée et la veuve [ou la vierge dit saint Paul] pense aux choses du Seigneur, de sorte qu’elle est sainte de corps et d’esprit ; car celle qui est mariée pense aux choses du monde, et comment plaire à son époux » (I Co., VII, 34).

LES EXCLUS DU FESTIN :

LES GENTILS, LES JUIFS, LES HÉRÉTIQUES

197. Mais pour rentrer en grâce, comme nous l’avons fait plus haut pour les veuves, avec les épouses, nous ne rejetons pas l’opinion suivie par beaucoup, dans la pensée desquels trois sortes de personnes sont exclues de la société de ce grand festin : les Gentils, les Juifs, les hérétiques.

198. C’est pourquoi l’Apôtre nous dit de fuir l’avarice (Rom., I, 29), de peur qu’entravés, à la manière des Gentils, par l’injustice, la méchanceté, l’impureté, l’avarice, nous ne puissions parvenir au Royaume du Christ : car « tout avare, tout impur —c’est être esclave des idoles— ne saurait être héritier du Royaume du Christ et de Dieu » (Éph., V, 5).

199. Quant aux Juifs, par leur service matériel ils s’imposent les jougs de la Loi ; aussi, comme dit le Prophète, « rompons leur liens et secouons de nous leur joug » (Ps. II, 3) ; car nous avons reçu le Christ, qui a placé sur nos têtes l’aimable joug de Sa bonté. Quant aux cinq jougs [ou paires de bœufs, soit dix bœufs], ce sont les dix commandements, ou les cinq livres de la Loi, au sujet desquels Il semble, dans l’Évangile, dire à la Samaritaine : « Vous avez eu cinq maris » (Jn, IV, 18).

LA FAÇON DES HÉRÉTIQUES…

200. Pour l’hérésie, à la façon d’Ève, elle tente la rectitude de la Foi par une sensibilité féminine, et, se laissant glisser sur la pente, elle recourt au fard d’une fausse parure, dédaignant la beauté sans tache de la vérité.

(Les invités) donc s’excusent, parce que le Royaume n’est fermé à personne qui ne se soit exclu par le témoignage de sa parole ; le Seigneur dans Sa clémence invite tout le monde, mais c’est notre lâcheté ou notre égarement qui nous écarte.

…QUI PRÉTENDENT RESPECTER LA LOI

OU S’EXCUSER PARCE QU’ILS SE MARIENT

201. Donc celui qui achète une ferme est étranger au Royaume : car au temps de Noé, vous l’avez lu, acheteur et vendeur ont été engloutis par le déluge (Mt., XXI, 21) ; de même celui qui préfère le joug de la Loi au bienfait de la grâce, et celui qui s’excuse parce qu’il prend femme : car il est écrit : « Si l’on vient à Moi sans haïr son père et sa mère et son épouse, on ne peut être Mon disciple » (Lc, XVII, 27).

Alors en effet que le Seigneur à cause de nous renonce à Sa Mère quand Il dit : « Qui est Ma mère, ou qui sont Mes frères ? » (Mt., XII, 48), pourquoi voudriez-vous (les) préférer à votre Maître ?

Mais le Seigneur ne commande ni de méconnaître la nature ni d’en être esclave : simplement de condescendre à la nature tout en vénérant Son Auteur, et sans manquer à Dieu par amour des parents.


Samedi 24 juin 2017
NATIVITÉ DE S. JEAN-BAPTISTE

précurseur du Messie
1re classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui nous avez rendu ce jour vénérable par la Nativité du bienheureux Jean, accordez à Votre peuple la grâce des joies spirituelles, et dirigez les âmes de tous les fidèles dans la voie du salut éternel. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
« Prophète du Très-Haut », saint Jean est figuré par Isaïe et Jérémie ; mieux qu’eux encore, il fut consacré dès le sein de sa mère pour annoncer Jésus et préparer les âmes à Sa venue.

L’Évangile nous retrace les prodiges qui marquèrent sa naissance. Zacharie impose à son enfant le nom que saint Gabriel lui a apporté du Ciel et qui signifie : Le Seigneur a fait grâce. Il recouvre aussitôt la voix et, rempli de l’Esprit-Saint, il prédit les grandeurs de son fils : « Il ira devant la face du Seigneur pour donner au peuple la connaissance du salut ».


L’Ange Gabriel avait annoncé à Zacharie que « beaucoup se réjouiraient de la naissance de saint Jean-Baptiste ». Ce ne furent pas seulement, en effet, « les voisins et les parents d’Élisabeth », qui fêtèrent cet événement, mais chaque année, au jour de l’anniversaire, l’Église toute entière convie ses enfants à partager cette sainte joie. Elle sait que la nativité « de ce Prophète du Très-Haut » en cette Noël d’été est intimement liée à l’avènement du Messie.


À partir de la fête de la Nativité de saint Jean, les jours décroissent, car le soleil ayant atteint le point culminant de sa course annuelle, se remet à descendre. Au contraire, la fête de la Nativité du Sauveur, dont celle-ci est le prélude, marque l’époque où le soleil recommence à monter sur son orbite.

Le Précurseur doit s’effacer devant Jésus qui est la vraie lumière des âmes. « Il faut qu’il croisse, dit saint Jean, et que je diminue ». Les solstices étaient l’occasion de fêtes païennes où l’on allumait des feux pour honorer l’astre qui nous donne la lumière. L’Église christianisa ces rites en y voyant un symbole de saint Jean qui était « une lampe ardente et brillante ». Aussi « encouragea-t-elle ce genre de manifestation qui correspondait si bien au caractère de la fête. Les feux de la Saint-Jean complétaient heureusement la solennité liturgique ; ils montraient unies dans une même pensée l’Église et la cité terrestre » (Dom Guéranger).


Le nom du Précurseur est inscrit au Canon de la Messe en tête de la 2e liste. On célébrait autrefois, au jour de sa fête, trois messes en son honneur, et nombreuses étaient les églises qui lui étaient dédiées. Les parents aimaient de même à donner son nom à leurs enfants. Paul diacre, moine du Mont-Cassin et ami de Charlemagne, avait composé en l’honneur de saint Jean-Baptiste l’hymne : « Ut queant laxis ».


Au XIIIe siècle, le moine bénédictin Guy d’Arezzo remarqua que les notes chantées sur les syllabes initiales formaient la série des six premiers degrés de la gamme. Il désigna chaque degré par la syllabe correspondante : (Ut, ré, mi, fa, sol, la, si) et facilita beaucoup par là l’étude des intervalles musicaux.

Ut queant laxis (do)

resonare fibris. (ré)

Mira gestorum (mi)

famuli tuorum. (fa)

Solve polluti (sol)

labii reatum. (la)

Sancte Johannes. (si)

« Afin que vos serviteurs puissent chanter à pleine voix les merveilles de vos œuvres, purifiez leurs lèvres souillées, ô saint Jean ».

Zacharie, faisant savoir qu’il voulait appeler son fils Jean, avait aussitôt retrouvé l’usage de la parole ; et voici qu’une hymne composée en l’honneur du Prophète dont la voix retentit au désert, devient l’instrument d’un nouveau progrès dans l’art musical.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Remerciez Dieu souvent des grâces de choix dont Il vous a prévenu dès votre apparition dans ce monde.

Méditation du jour
Le Précurseur reconnaissant le Sauveur du monde  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|