Anonyme de 1814
Tradition de l’Église sur l’Institution des Évêques
• Le Marié, Duvivier, imprimeurs-libraires, Liège - 1814

• Tome Ier page 156 et suivantes

185

L’ordre pastoral n’a pas cessé d’être soumis aux successeurs du prince des apôtres dès le commencement et dans les siècles postérieurs. Pour illustrer son propos l’auteur cite le fait suivant :

Le pape Simplice (Ve siècle) avait confirmé l’élection de Jean Talaïa, successeur de Timothée, sur le siège d’Alexandrie ; mais l’empereur Zénon, mécontent du nouveau patriarche, dont la fidélité lui était suspecte, écrivit à Simplice qui révoqua sa confirmation. Le pape lui-même nous instruit de ces détails dans une lettre à Acade de Constantinople.

« Une relation qui nous fut envoyée il n’y a pas longtemps, selon l’usage, par un concile d’Égypte très nombreux et très attaché à la foi catholique, ainsi que par presque tout le clergé de l’Église d’Alexandrie, nous apprit tout ensemble et la mort de notre frère de sainte mémoire et co-évêque Timothée, et le choix qu’on avait fait de Jean pour le remplacer, d’après le vœu unanime des fidèles. Comme on le croyait pourvu de toutes les qualités qu’exige l’épiscopat, il semblait qu’il ne restât plus rien à faire, sinon que, rendant grâce à dieu, et nous réjouissant de ce qu’un Évêque catholique eut succédé sans troubles à l’évêque défunt, le consentement du siège apostolique lui donnât la solidité désirée. Or voilà que pendant que je m’occupais de cette disposition, selon la coutume, on, m’a remis des lettres du Prince, où il me prie d’empêcher que Jean ne soit Évêque, indigne qu’il est de cette haute dignité, à cause du crime de parjure, dont votre fraternité même, dit-il, n’ignore pas qu’il est chargé. Revenant donc aussitôt sur mes pas, j’ai révoqué la sentence de confirmation que j’avais portée, de peur qu’on me taxât d’avoir agi avec légèreté contre un si grand et si imposant témoignage. »

Observons,

1°) que c’est un concile, et un concile très nombreux, qui demande au Pape la confirmation d’un Évêque élu canoniquement et sans opposition ;

185
-5

2°) qu’on a recours au Saint–Siège selon l’usage, ex more, et que le Saint-Siège lui-même, en confirmant Jean Talaïa, ne fait que se conformer à une ancienne coutume, secundum consuetudinem ;

3°) que l’empereur, à qui l’élection déplaît, s’adresse au pontife romain pour la faire casser, reconnaissant qu’il en est juge, et que par le seul effet de sa volonté, il peut empêcher Jean d’être Évêque : sacerdotio prohiberetur ;

4°) que, quoique Jean eût été consacré aussitôt après l’élection, son autorité néanmoins, pour être pleine, entière, inébranlable, devait être affermie par le consentement du siège apostolique : Apostolicæ quoque moderationis assensu votivam sumeret firmitatem. Jusqu’à ce moment la solidité de son épiscopat n’était qu’un désir, un vœu, expression qui semble choisie exprès pour mieux faire sentir la force de cette sentence de confirmation, sans laquelle on n’était rien, et qui alors, comme aujourd’hui, faisait véritablement les évêques.

voir Abbé Hervé Belmont #156-22


Vendredi 23 avril 2021
de la Férie
4e classe
Temps Pascal



Oraison - collecte
Nous Vous supplions, ô Dieu tout puissant, de faire qu’après avoir achevé la célébration des fêtes pascales, nous retenions, au moyen de Votre grâce, l’esprit de ces fêtes dans nos habitudes et dans notre vie. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de saint Georges, martyr :


Ô Dieu, qui nous donnez un sujet de joie dans la pensée des mérites et de l’intercession du bienheureux Georges Votre Martyr, accordez-nous avec bonté, qu’implorant Vos bienfaits en nous appuyant sur son intercession, nous les obtenions par l’effet de Votre grâce. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Georges, né d’une famille illustre de Cappadoce, fut promu par Dioclétien aux premiers grades de l’armée. Lorsque l’empereur eut publié à Nicomédie son premier édit contre les Chrétiens, Saint Georges lui reprocha sa cruauté. Aussitôt mis en prison, on lui fit subir de si atroces tourments que l’Église d’Orient l’appelle le grand martyr. Il mourut décapité vers l’an 303. Patron des armées, Il est vénéré par les Grecs et par les Latins. Rome possède un sanctuaire élevé en son honneur. L’Angleterre le prit pour patron en l’an 800. Il est le patron des scouts.

Saint Georges est l’un des quatorze Saints Auxiliaires.

 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Loin de montrer du respect humain, sachez braver les insulteurs de Jésus-Christ.

Méditation du jour
Faire un acte d’abandon pour mieux se placer sous le regard et la volonté de Dieu  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|