Méditation du jour
- 14 mai
Puissance de la Presse ”

Quelle puissance

que celle du livre

ou du journal !

Quelle responsabilité

nous prenons sur nous

quand nous écrivons,

quand par légèreté,

par passion,

par ignorance,

par cupidité

nous attaquons

ou nous humilions

les vérités de la Foi

les plus indispensables au salut,

les principes les plus nécessaires

à la sauvegarde de la morale,

de l’honneur du foyer,

de l’ordre social ;

quand nous ameutons l’opinion

contre les institutions

et les lois les plus équitables ;

quand nous peignons la vertu

sous les traits les plus rebutants

et le vice sous les couleurs les plus flatteuses.

Une pensée se dissipe,

une parole est tôt évanouie,

encore que les bouches puissent la répéter,

mais un écrit demeure,

passe de main en main,

se transmet de génération en génération.

Au contact d’un livre,

que d’innocences se sont flétries !

que d’intelligences se sont troublées,

et sont tombées dans le doute

et dans l’incrédulité !

que de cœurs se sont gâtés à jamais !

que de familles ont vu s’évanouir leur bonheur !

que de crimes ont été conçus

et exécutés !

Et ces convulsions

et ces haines

qui nous arment les uns contre les autres,

et ces inimitiés

qui divisent les classes

et toutes ces luttes sacrilèges

ne viennent-elles pas souvent

des journaux,

des romans,

des fausses philosophies ?


(R.P. Janvier, o.p.)


Lundi 22 juillet 2019
Ste Marie-Madeleine,

pénitente
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous prions, Seigneur, par les suffrages de sainte Marie-Madeleine, de venir à notre aide, Vous qui, fléchi par ses prières, avez fait sortir du tombeau son frère Lazare, mort depuis quatre jours. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
En donnant l’Esprit-Saint à Ses Apôtres, Jésus leur avait dit de remettre comme Il l’avait fait Lui-même les péchés, et la liturgie rappelle aujourd’hui un exemple à jamais célèbre de la miséricorde du Sauveur envers ceux qui se repentent.


Marie, sœur de Marthe et de Lazare, était de Magdala, en Galilée, d’où son nom de Madeleine. C’était une pécheresse. Touchée par la grâce, elle vint se jeter aux pieds du Sauveur. Simon le Pharisien, scandalisé, l’eût rejetée comme ces hommes superbes, désignés par le Prophète Isaïe « qui disent : Retire-toi de moi, ne m’approche pas, car je suis pur ». Jésus, au contraire, « la défend contre les calomnies des orgueilleux ». Admirant l’action divine dans cette âme « désormais attentive à Ses commandements, alors que les pécheurs voudraient encore la faire tomber dans le mal », « Il accueille avec miséricorde l’offrande de ses services », et lui assure à tout jamais une place d’honneur dans Sa cour royale.


Le repentir a transformé son amour. « Parce qu’elle a beaucoup aimé, ses nombreux péchés lui sont remis ». Aussi, à sa prière, Jésus ressuscite-t-Il saint Lazare. Et quand, après le crucifiement de Jésus, auquel elle assiste avec la mort dans l’âme, elle cherche, comme l’épouse des Cantiques, où l’on a mis son époux divin, le Christ l’appelle par son nom et la charge d’annoncer aux disciples Sa Résurrection.


À l’exemple de sainte Madeleine qui, au dire des Pères personnifie l’action de l’Église envers Jésus, venons en esprit d’amour et de repentir répandre autour de Jésus, présent à la Table sainte le trésor de nos louanges ; entourons-Le sur l’autel, dans un esprit de Foi qui ne craint pas le scandale pharisaïque, de tout le luxe qui convient à la Maison de Dieu.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Appliquez-vous à aimer Dieu de plus en plus ; à qui aime, rien d’impossible.


Méditation du jour
Un secret travail préparatoire précède toute conversion  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|